single.php

"Je lui ai roulé dessus" : après la mort d'un supporter nantais, un chauffeur VTC raconte la scène

Par Maxime Trouleau

Après la mort d'un supporter nantais avant Nantes - Nice, un chauffeur VTC raconte la scène alors qu'un de ses collègues est en garde à vue. Témoignage exclusif.

Samedi soir, à 17 heures, le FC Nantes recevait l'OGC Nice dans le cadre de la 14e journée de Ligue 1. Sauf que ce jour-là, comme trop souvent, la violence a émaillé ce match de football. Une après-midi de violence qui s'est tristement terminée avec la mort d'un supporter nantais. Selon le procureur de la République de Nantes, ce père de famille aurait été tué "après une blessure dans le dos correspondant à une arme blanche".

Selon le procureur, un chauffeur de VTC est le principal suspect. Il faisait partie de ces chauffeurs privés qui ont emmené cette trentaine de supporters niçois au stade. L'homme a été placé en garde à vue pour « homicide involontaire ».

"Je me rends compte qu'on a été suivi, pisté ou attendu"

Parmi ces chauffeurs VTC, il y a David Tan, collègue du principal suspect. Cet après-midi là, il a vécu cette arrivée tumultueuse des supporters niçois à La Beaujoire. Et ce lundi, dans l'émission de Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio, il raconte.

"J'ai eu peur, il sont venus taper la voiture en disant "ils sont là les enculés de niçois (sic)"

"Samedi, nous avons une commande de 30 supporters niçois de 20 ans. On prend alors un itinéraire simple pour se rendre au parcage niçois. Là, je vois une foule de 300 individus. Ce sont des Ultras nantais de la "Brigade Loire" (des Ultras nantais) assure-t-il. J'ai eu peur, ils sont venus taper la voiture en disant "ils sont là les enculés de niçois (sic)".

"Depuis 2 jours, dit-il, je me renseigne et je me rends compte qu'on a été suivi, pisté ou attendu. Et, moi, je ne pouvais pas m'enfuir à gauche et à ma droite,  il y avait le trottoir et le tramway. Donc moi, j'ai été obligé d'avancer. Ils ont ouvert les portières, ils ont voulu extirper mes clients. Ils tiraient sur les portières... j'ai dû accélérer. Là, il y a un membre de la Brigade Loire qui a tapé mon pare-brise, un autre a rebondi sur mon pare-brise, il a glissé devant moi et je lui ai roulé dessus. J'ai été obligé de fuir devant. En regardant dans mon rétro derrière, je me rends compte que mes collègues sont assaillis et je comprends qu'ils vont avoir le même problème".

"J'ai sauvé la vie de 30 niçois" en marge de Nantes - Nice

"Ensuite, je me suis réfugié auprès des policiers et j'explique qu'il y a une embuscade, une embrouille" et qu'il faut "aider mes collègues. Là, on voit des escadrons de CRS qui courent. Mon affaire se termine comme ça puisqu'ensuite je dépose mes clients. Chaque chauffeur à son histoire" souligne-t-il, alors qu'il précise ne pas avoir vu la scène de la mort du supporter nantais. Une enquête est en cours. Mais il l'assure, "j'ai sauvé la vie de 30 niçois".

"Bizarrement, il n'y avait pas de poste de CRS. Donc c'est peut-être notre faute de VTC (d'être passé par là), peut-être qu'il y a des manquements en terme de sécurité, les supporters n'avaient peut-être pas à venir de leur propre chef. Mais pourquoi des membres de la Brigade Loire sont venus nous agresser ?, se questionne-t-il. Aujourd'hui, je pleure la victime. Elle est là la réalité".

L'info en continu
14H
13H
12H
11H
09H
08H
06H
03H
22H
21H
Revenir
au direct

À Suivre
/