"Un frère", "un leader", "un gentilhomme"... Le monde du foot pleure Henri Michel

Henri Michel, ancien footballeur international et ancien sélectionneur de l'équipe de France de football, est décédé ce mardi à l'âge de 70 ans.

Thumbnail

C'est une des figures du ballon rond hexagonal qui s'est éteinte ce mardi, à l'âge de 70 ans. Henri Michel, ancien joueur de football international et ancien sélectionneur de l'équipe de France, notamment pendant la Coupe du monde 1986 au Mexique, s'est éteint des suites d'un cancer.

Pour Henri Émile, qui l'a longtemps côtoyé, il reste les bons souvenirs : "C'était un cygne sur le terrain, avec une gestuelle toujours spectaculaire. Aux Jeux Olympiques à Los Angeles, ou à la Coupe du monde au Mexique, ce sont de grands moments. Nos femmes étaient copines, nos enfants aussi, on passait l'été ensemble à Saint-Cyrprien. Énormément de choses nous ont liées et, moi, c'est un frère que je perds."

La victoire lors des Jeux Olympiques de 1984, tout comme le beau parcours de la Coupe du Monde de 1986, sont les plus beaux succès d'Henri Michel en tant que sélectionneur. "Je me souviens de Tigana et Platini qui dansent et lui qui observait tout ça avec la joie du devoir accompli, il y a tous ces souvenirs qui reviennent", se rappelle Henri Émile.

Même chose pour Patrick Battiston, qui l'a également connu en équipe de France, et même avant : "C'était un de mes joueurs préférés quand j'ai débuté le football, par son allure sur le terrain, son activité, son tempérament, ses prises d'initiative et son envie, toujours, de frapper de loin. C'était aussi un personnage attachant, jovial, un leader, qui avait du caractère et une grosse personnalité. C'était un chef de meute. Il n'y avait pas de petits entraînements avec lui. Quand il y avait un ballon, il fallait résister parce qu'il mettait le pied. On s'était rencontrés en vacances, il m'avait invité à faire un tour de bateau avec des amis à lui pour manger des oursins. Il m'a fait découvrir un moment fantastique, un moment convivial, de générosité. C'était quelqu'un de très attentif aux autres."

Et en plus du Bleu de l'équipe de France, Henri Michel reste également attaché au Jaune des Canaris nantais, son club de cœur. Un souvenir qui a marqué Gilles Crinière, président du club de supporter Allez Nantes Canaris. "C'était un grand technicien, un excellent numéro 10, un milieu de terrain qui savait vraiment diriger le jeu, en patron, en bon capitaine aussi, exigeant vis-à-vis des joueurs qui l'entouraient. C'était une figure emblématique du club", se souvient-il. Un de ces joueurs qui "passaient de temps en temps pour nous saluer, qu'il y ait entraînement ou pas, c'était pour nous quelque chose d'important. On ne retrouve plus ce sentiment d'appartenance à une équipe aujourd'hui. Il était vraiment attaché au FC Nantes."

Propos recueillis par Steven Gouaillier pour Sud Radio