single.php

XV de France : les Bleus honteux contre l’Italie ?

Par Jean Baptiste Giraud

Le XV de France a concédé un match nul historique face à l'Italie. Mais n'est-ce pas déjà une défaite ? Le regard de Daniel Herrero.

XV de France
Le sélectionneur du XV de France Fabien Galthié lors du match du tournoi des Six nations face à l'Italie, le 25 février 2024 à Villeneuve-d'Ascq. (Sameer Al-Doumy - AFP)

Les Bleus ont bien failli perdre à domicile contre L’Italie. Il s’en est fallu d’une pénalité sur le poteau dans les arrêts de jeu pour que le XV de France ne soit battu à Lille.

XV de France : de la bonne volonté, mais plus de joie

Peut-on dire que ce match nul est en réalité une défaite ? "Nous avons vécu depuis presque un mois, mais surtout hier, un envahissement par l’angoisse et la tristesse, analyse Daniel Herrero, consultant Sud Radio. Dans le cœur des hommes, il y avait de la bonne volonté, mais plus de joie. Il y avait de la tonicité, de l’agressivité, mais pas d’enthousiasme."

"Plus embêtant, on a senti que l’adversaire italien, incontestablement un peu moins talentueux, s’est mis au niveau du XV de France et l’a dépassé. On avait la sensation que la tristesse avait envahi le coeur et la tête du XV de France. Hier, on a vu des joueurs très bons il n’y a pas si longtemps habités par des comportements un peu individuels. L’équipe n’est plus dans le grand mécanisme, la sérénité. Elle ne joue pas bien, et l’adversaire le sent."

 

"La dépression grignote"

Comment expliquer cet échec ? N’est-ce dû qu’aux absents ? "C’est d’évidence autre chose, estime Daniel Herrero, consultant Sud Radio. La dépression grignote depuis l’énorme déception de la défaite en coupe du monde. On ne sait pas pourquoi on s’est mis à moins bien jouer. Antoine Dupont a fui vers d’autres horizons. Quelques joueurs un peu épuisés ont été maintenus dans l’espoir d’une continuité qui pourrait être satisfaisante."

"Il était peut-être temps de tout changer y compris les coaches. Ils sont touchés par le mécanisme du doute et de l’angoisse. Le travail et la volonté, cela ne marche pas. On ne peut pas laisser dans la compétition des hommes perdus par l’angoisse, le doute, et l’absence de joie. Les Italiens nous ont mené à la limite de l’humiliation."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"

L'info en continu
18H
17H
16H
14H
13H
12H
11H
09H
07H
23H
Revenir
au direct

À Suivre
/