single.php

Zemmour sur le handicap à l'école : "Des indignations à gogo mais zéro argument"

Après ses propos sur les enfants handicapés, Éric Zemmour a provoqué de nombreuses critiques, pas toutes légitimes explique Élisabeth Lévy.

Les propos d’Eric Zemmour sur l’accueil des enfants handicapés ont suscité un tollé. Et ce n'est pas totalement justifié analyse Élisabeth Lévy.

"On a eu le droit à un flot de bons sentiments, de l’indignation à gogo, mais comme toujours : zéro argument. Cohn-Bendit, tout en finesse a expliqué que même Hitler n’a pas osé exterminer les handicapés. Damien Abad réclame des excuses publiques. Quant à Emmanuel Macron, sans vergogne, il a vanté notre nation qui ne divise ni ne stigmatise. Les non-vaccinés apprécieront". 

"Bien sûr, tout le monde a rappelé à quel point la différence nous enrichit. Tout le monde aime la différence sauf en matière d’opinion. Il y a une belle hypocrisie sur les réactions aux propos de Zemmour : la loi autorise l’IVG jusqu’au dernier jour de grossesse en cas de handicap". 

"Bien entendu, les opinions d’Eric Zemmour sont d’autant plus contestable que, sur un sujet éminemment sensible et souvent douloureux, les certitudes ne nous sont pas d’un grand secours". 

"Zemmour a certainement été brutal, péremptoire. Mais il pose une question qui mérite autre choses que des anathèmes ou des sauts de cabri en criant : inclusion ! inclusion ! Inclusion ! Les enfants handicapés doivent-ils être scolarisés avec tous les autres, conformément à la loi de 2013 ?"

Suite à ce qu'a expliqué Zemmour et les autres, quelle est votre réponse ? 

"Pas de réponse générale, pas de Handicap, des milliers de situations singulières. La seule certitude, établissements spécialisés ou pas, la collectivité doit assumer l’éducation de ces enfants. L'intégration par le travail, comme le font les cafés Joyeux, est hautement souhaitable. Prétendre qu’ils vont tous devenir chercheurs est démagogique". 

"L'inclusion générale conduit à une aporie : il faut respecter la différence. Ce sont des enfants comme les autres. On ne respecte pas la différence en la niant. Beaucoup d’enfants handicapés nécessitent un traitement spécial, pas toujours compatible avec les exigences de l’école. Dans la réalité, parfois ingérable: une classe ne peut pas être un somme de 35 cours particuliers. Un enfant qui griffe, mord ou ne tient pas en place est-il un enrichissement pour les autres. La classe classique l’enrichit-elle ?" 

"Contrairement aux bobards de Sophie Cluzel, les enfants sont parfois cruels avec les enfants différents. L'incantation ne suffit pas. Parfois ça marche, parfois tout le monde est perdant. L’élève handicapé, l‘élève lambda, le prof". 

"L’école ne peut pas tout faire. Peut-être faut-il admettre que sa mission n’est pas d’abord de former au vivre-ensemble mais de transmettre des savoirs"

 

L'info en continu
21H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
Revenir
au direct

À Suivre
/