Riziculteurs camarguais : "S'il y a un moment à éviter pour les touristes, c'est le mois de mai !"

flamants roses
En Camargue, des milliers de flamants roses volent toute la nuit pour chercher à se nourrir sur les rizières. AFP

Les riziculteurs camarguais doivent faire face aux caprices de la nature : alors que les semences se font les trois premières semaines de mai, le printemps n'est pas franchement au rendez-vous. Températures fraîches et fort mistral abîment et retardent des cultures qui voient se profiler une autre menace venue du ciel... Stéphane Burgatt, de Sud Radio, s'est rendu sur place. 

 

"Des milliers de flamants roses volent toute la nuit pour chercher à se nourrir sur les rizières"

Christophe Mandrolini effectue une inspection scrupuleuse, les bottes enfoncées dans la boues : "Ce sont des parcelles qui ont été semées il y a une semaine. Entre le froid, les températures basse et le vent, on a pris une semaine de retard. À l'endroit découvert par le vent, on se retrouve avec des germes séchés et des riz qui ont souffert des températures très froides". 

Les pertes dépendront de l’amélioration rapide ou non de la météo, mais un autre problème menace déjà, à en croire les débuts de cernes de Christophe Mandrolini ainsi que des vidéos‎ qu' il échange avec ses confrères : "Des milliers de flamants roses qui volent toute la nuit pour chercher à se nourrir sur les rizières. On voit des oiseaux qui meurent de faim, on ne sait pas comment maîtriser le problème, ça nous demande une énergie de dingue, des dépenses, parce qu'il faut ressemer les champs".

"S'il y a un moment à éviter pour les touristes, c'est le mois de mai !"

La solution : klaxonner, utiliser des flashes ou encore un revolver à effarouchement. Résultat, en ce mois de mai, la Camargue est particulièrement animée la nuit : "C'est Beyrouth ! Vous avez des lumières, des flashes partout ! S'il y a un moment à éviter pour les touristes, c'est le mois de mai ! Ils n'arriveront pas à dormir...".

S'il est trop tôt pour chiffrer les pertes liées a la météo, les riziculteurs camarguais estiment les dégâts annuels liés aux flamants roses entre 300 et 400.000 euros.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

Les rubriques Sudradio