Projet de loi bioéthique : "certains sont nostalgiques du début du XXe siècle"

Jean-Louis Touraine, député LREM du Rhône, rapporteur du projet de loi bioéthique, était l’invité de Patrick Roger le 27 juillet dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

Thumbnail
Jean-Louis Touraine, rapporteur du projet de loi bioéthique, député LREM du Rhône, interviewé sur l'antenne de Sud Radio, à 8h10, dans "C'est à la une".

Le projet de loi bioéthique de retour à l’Assemblée nationale. Plus de 2.300 amendements ont été déposés pour le projet de loi bioéthique. L’opposition, notamment LR, dénonce un examen en catimini.

 

La ROPA fait débat

"L'examen de cette loi aurait dû intervenir en 2018, mais différents événements l’ont retardé, estime Jean-Louis Touraine, député LREM du Rhône et rapporteur du projet de loi bioéthique. Le dernier est cette crise sanitaire qui n’a pas permis, après l’examen en commission pour la deuxième lecture, de faire l’examen dans l’hémicycle. Le mois de juillet est un mois comme les autres pour les parlementaires. Nous prendrons des vacances en août, mais nous travaillons."

Pour autant, de nombreux points du texte font encore débat, notamment la technique dite de la ROPA, qui permet à une femme de faire don de son ovocyte à sa partenaire par ponction ovocytaire. Pourquoi cette mesure divise-t-elle tant, y compris dans les rangs de la majorité ? "C’est surprenant, juge Jean-Louis Touraine. De fait, il est considéré sur le plan éthique qu’il n’y a pas de différence entre le don de gamètes d’origine masculine et féminine. Dans le sens contraire, on voudrait que dans un couple homosexuel, une femme ne puisse pas donner ses ovocytes à sa compagne." Le gouvernement reste pour sa part opposé à cette technique de la ROPA, pour l’instant inscrite dans le projet de loi. Pour autant, il n’y aura pas de consigne de vote sur ce sujet à l’Assemblée nationale.

 

Des accusations d'eugénisme

La Manif pour Tous, qui considère la ROPA comme l’antichambre de la gestation pour autrui (GPA), a prévu une action ce lundi auprès du palais Bourbon. "Je considère que c’est une imposture. C’est plus qu’un excès de langage, juge Jean-Louis Touraine. Il n’y a rien à voir entre ROPA et GPA." Autre polémique : détecter des maladies au stade embryonnaire n’est-il pas de l’eugénisme, comme le jugent certains ? "L’eugénisme, c’est modifier l’espèce humaine. Là, ce que nous cherchons, ce que nous demandons, c’est de faire des analyses chromosomiques, précise le rapporteur du projet de loi bioéthique. Cela ne fait qu’écarter des embryons qui ne seraient pas viables, ceux qui imposent des fausses couches inutiles aux femmes, ou tellement malformés qu’ils vont mourir dans les premières années de la vie."

"Nous pensons qu’il est souhaitable et nécessaire de faire cet examen que la plupart des autres pays développés font de façon systématique, explique le député LREM du Rhône. C’est quelque chose que les députés de la commission ont ajouté dans la loi et j’espère que cela sera voté dans quelques semaines. Je respecte le point de vue des plus conservateurs d’entre nous qui ont, je le comprends, des difficultés à comprendre l’évolution de la société française. Certains sont nostalgiques du début du XXe siècle. Aujourd’hui, les façons de faire famille sont plus diverses, et nous devons légiférer pour faire accepter cette diversité."

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !