single.php

Premier jour de ramadan à Gaza, sous les bombardements israéliens

La population de Gaza a vécu lundi sa première journée de ramadan dans un territoire bombardé par l'armée israélienne et touché par la famine sans aucune trêve en vue après cinq mois d'une guerre dévastatrice entre Israël et le Hamas palestinien.

- - AFP

La population de Gaza a vécu lundi sa première journée de ramadan dans un territoire bombardé par l'armée israélienne et touché par la famine sans aucune trêve en vue après cinq mois d'une guerre dévastatrice entre Israël et le Hamas palestinien.

Alors qu'une grande partie du monde musulman entre dans ce mois sacré du jeûne, de nombreux habitants du territoire palestinien ont été réveillés par des frappes israéliennes sur Gaza-Ville dans le nord et Khan Younès et Rafah dans le sud, le ministère de la Santé du Hamas dénombrant lundi 67 morts en 24 heures.

"Je préfère que les avions me bombardent et me tuent plutôt que de continuer à vivre comme ça. Ce n'est pas une vie!" lance, désespéré, Zaki Hussein Abou Mansour. Ce déplacé qui vit sous une tente de fortune à Rafah, raconte à l'AFP n'avoir que quelques légumes pour nourrir sa famille.

"Le temps presse. La population affamée de Gaza ne peut plus attendre", a alerté Cindy McCain, la cheffe du Programme alimentaire mondial (PAM).

Selon le ministère de la Santé du mouvement islamiste, 25 personnes dont 21 enfants sont morts de malnutrition et de déshydratation dans les hôpitaux de Gaza depuis le début de la guerre.

Celle-ci a été déclenchée le 7 octobre par une attaque sans précédent menée par des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort d'au moins 1.160 personnes, la plupart des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de sources officielles israéliennes.

Environ 250 personnes ont été enlevées le même jour et emmenées à Gaza. D'après Israël, 130 otages s'y trouvent encore, dont 31 seraient morts.

Des déplacés palestiniens attendent de recevoir de la nourriture fournie par une organisation caritative au premier jour du ramadan à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 mars 2024

Des déplacés palestiniens attendent de recevoir de la nourriture fournie par une organisation caritative au premier jour du ramadan à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 mars 2024

- - AFP

En représailles, Israël a promis d'anéantir le Hamas qui a pris le pouvoir à Gaza en 2007. Son armée a aussitôt lancé une campagne de bombardements aériens dans ce territoire exigu suivie 20 jours plus tard d'une offensive terrestre, qui ont fait jusqu'à présent 31.112 morts, en majorité des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.

- Bateau prêt à partir -

"Ce n'est pas la vie que nous étions censés vivre", s'écrie Zaki Hussein Abou Mansour, un sexagénaire déplacé plusieurs fois par les combats avant d'arriver à Rafah. "On n'en peut plus de chercher de la nourriture et de vivre cette vie, c'est insupportable."

Un navire de l'ONG espagnole Open Arms chargé de 200 tonnes de vivres pour Gaza, amarré dans le port chypriote de Larnaca, le 11 mars 2024

Un navire de l'ONG espagnole Open Arms chargé de 200 tonnes de vivres pour Gaza, amarré dans le port chypriote de Larnaca, le 11 mars 2024

Iakovos Hatzistavrou - AFP

Le patron de l'ONU Antonio Guterres s'est dit "atterré que le conflit se poursuive à Gaza pendant le mois sacré" du ramadan, en appelant à la libération des otages.

Un navire de l'ONG espagnole Open Arms chargé de 200 tonnes de vivres attend de quitter Chypre dans le cadre d'un couloir maritime que l'Union européenne et des pays comme les Etats-Unis et les Emirats arabes unis veulent mettre en place.

"Le programme se déroule comme prévu, le bateau va bientôt partir" du port de Larnaca, à environ 370 kilomètres des côtes de Gaza, a indiqué lundi le gouvernement chypriote.

World Central Kitchen, qui co-organise l'opération, "n'a jamais annoncé de date pour le départ. Donc nous sommes dans les temps. Nous annoncerons le départ quand ça arrivera", a assuré sur X le célèbre chef hispano-américain José Andrés, fondateur de l'ONG.

Bombardement israélien sur Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, vu depuis Rafah le 11 mars 2024

Bombardement israélien sur Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, vu depuis Rafah le 11 mars 2024

SAID KHATIB - AFP

Un navire militaire américain a parallèlement quitté samedi les Etats-Unis avec le matériel nécessaire à la construction d'une jetée pour débarquer les cargaisons d'aide, qui pourrait prendre jusqu'à 60 jours.

Mais l'ONU, qui redoute une famine généralisée dans le territoire de 2,4 millions d'habitants, assiégé par Israël depuis le 9 octobre, affirme que l'envoi d'aide par mer et les parachutages par plusieurs pays, devenus quotidiens ces derniers jours, ne peuvent se substituer à la voie terrestre.

- "Nous les aurons tous" -

Des enfants portent les lanternes traditionnelles du ramadan à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 10 mars 2024

Des enfants portent les lanternes traditionnelles du ramadan à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 10 mars 2024

SAID KHATIB - AFP

L'aide internationale, contrôlée par Israël, n'entre qu'au compte-gouttes dans la bande de Gaza dévastée, où les besoins sont immenses.

Elle arrive principalement depuis l'Egypte par Rafah, une ville collée contre la frontière égyptienne fermée, où sont massés, selon l'ONU, près de 1,5 million de Palestiniens, la plupart des déplacés.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a réaffirmé lundi son intention de vaincre le Hamas, malgré les mises en gardes internationales contre une offensive terrestre annoncée sur Rafah.

Photo fournie par l'armée jordanienne le 11 mars 2024 montrant une opération de largage d'aide humanitaire sur la bande de Gaza

Photo fournie par l'armée jordanienne le 11 mars 2024 montrant une opération de largage d'aide humanitaire sur la bande de Gaza

- - Jordanian army/AFP

"Nous sommes sur la voie d'une victoire totale", a-t-il assuré dans un message vidéo, affirmant que l'armée avait "déjà éliminé le N.4 du Hamas", sans préciser son identité.

"Nous les aurons tous", a-t-il lancé en parlant des autres chefs du mouvement palestinien considéré comme une organisation terroriste par Israël, les Etats-Unis et l'UE.

Lundi, l'armée a annoncé une frappe aérienne dans la nuit de samedi à dimanche contre le N.2 de la branche armée du Hamas, Marwan Issa, dans le centre de la bande de Gaza sans pouvoir dire s'il avait été tué.

Le Dôme du Rocher, sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, à la veille du ramadan le 10 mars 2024

Le Dôme du Rocher, sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, à la veille du ramadan le 10 mars 2024

AHMAD GHARABLI - AFP

Malgré des nouvelles discussions début mars au Caire, les Etats-Unis, le Qatar et l'Egypte, les trois pays médiateurs, ne sont pas parvenus à arracher un accord de trêve accompagnée d'une libération d'otages.

Le Hamas réclame un cessez-le-feu définitif et un retrait des troupes israéliennes avant tout accord.

Ce qu'Israël refuse. Selon les médias, Israël veut une liste précise des otages encore vivants mais le Hamas a dit ignorer qui était "vivant ou mort" parmi eux.

Chypre, les territoires palestiniens et Israël

Chypre, les territoires palestiniens et Israël

Sylvie HUSSON, Valentina BRESCHI - AFP

Le climat extrêmement tendu généré par la guerre à Gaza fait redouter des violences à Jérusalem-Est, secteur occupé par Israël où se trouve l'esplanade des Mosquées. Des dizaines de milliers de fidèles se rendent chaque année pendant le ramadan dans ce troisième lieu saint de l'islam.

Le ministre israélien de la Défense Yoav Gallant a assuré qu'Israël respecterait la liberté de culte à la mosquée al-Aqsa mais averti que son pays était "prêt" à répondre à tout débordement.

"Nous disons à tous: ne nous cherchez pas. Nous sommes prêts, ne commettez pas d'erreur."

Par Adel ZAANOUN, avec Mathieu GORSE à Jérusalem / Bande de Gaza (Territoires palestiniens) (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
09H
08H
07H
04H
03H
23H
21H
20H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/