single.php

JO-2024: le relais de la flamme, un rituel pas si antique

Le relais de la flamme olympique, qui entamera mercredi son long voyage à travers la France, fait écho à des cérémonies vieilles de près de 3.000 ans. Mais ce rituel est relativement récent, absent des premiers Jeux modernes.

SIMON TREW - AFP/Archives

Le relais de la flamme olympique, qui entamera mercredi son long voyage à travers la France, fait écho à des cérémonies vieilles de près de 3.000 ans. Mais ce rituel est relativement récent, absent des premiers Jeux modernes.

A l'origine, Olympie... Amsterdam et Berlin

La flamme fut allumée pour la première fois à l'occasion des Jeux d'Amsterdam, en 1928. Le relais a été intronisé en 1936 pour les JO de Berlin dans l'Allemagne nazie. Et depuis 1964, la flamme est allumée à Olympie en Grèce, où se déroulaient les Jeux olympiques antiques il y a 2.800 ans.

La flamme olympique le 10 mai 2012 lors de la cérémonie d'allumage dans l'ancienne Olympie

La flamme olympique le 10 mai 2012 lors de la cérémonie d'allumage dans l'ancienne Olympie

ARIS MESSINIS - AFP/Archives

Le rituel s'inspire de cérémonies antiques: à Olympie, une flamme, allumée grâce aux rayons du soleil, brûlait sur l'autel de la déesse Hestia. Ce feu servait à allumer les autres feux du sanctuaire.

Aujourd'hui, des actrices vêtues en prêtresses grecques refont ces gestes. Puis la torche embrasée --chaque pays organisateur crée son modèle-- est relayée jusqu'à la ville hôte.

A pied, en traîneaux, en navette spatiale

Pour arriver à Berlin en 1936, Londres en 1948 et Moscou en 1980, les kilomètres ont été intégralement avalés à pied, mais généralement aéronefs, voiliers ou encore chameaux aident à couvrir la distance.

Stein Gruben brandit la flamme olympique, le 12 février 1994 à Lillehammer

Stein Gruben brandit la flamme olympique, le 12 février 1994 à Lillehammer

OLIVIER MULTHAUP - AFP/Archives

En 1952 (Helsinki), la flamme fait son premier voyage en avion. Les Norvégiens la font de nouveau voler en 1994 mais cette fois au bout du bras d'un sauteur à ski (Stein Gruben).

En 1968, elle gagne la côte mexicaine dans les mains de nageurs, rameurs ou skieurs nautiques. Au fil des éditions, on la verra au sommet de l'Everest, elle voyagera en bateau à vapeur sur le Mississippi, à cheval sur le parcours du Pony express (le service postal américain), en canoë avec des Amérindiens, et même dans la navette spatiale Columbia avant de retourner dans l'espace avec des cosmonautes russes. Les Australiens ont plongé la torche sous l'eau le long de la Grande barrière de corail en 2000.

Des relayeurs emblématiques

En 1948, à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, le premier porteur, le soldat Konstantinos Dimitrelis pose son arme et ôte son uniforme avant de courir en tenue d'athlète.

Manifestation lors du passage de la flamme Olympique des JO de Pekin, le 8 avril 2008 à Paris

Manifestation lors du passage de la flamme Olympique des JO de Pekin, le 8 avril 2008 à Paris

Olivier Laban-Mattei - AFP

Mais le dernier relayeur porte la plus forte charge symbolique. Comme en 1992 lorsque dans l'obscurité, Antonio Rebollo, archer paralympique espagnol, décoche sa flèche enflammée en direction de la vasque olympique à Barcelone.

Ou en 1996, quand le boxeur de légende et grande figure du militantisme chez les sportifs noirs américains, Mohamed Ali, rongé par la maladie de Parkinson, embrase la vasque à Atlanta, la ville de Martin Luther King.

Quatre ans plus tard, l'Australienne Cathy Freeman, symbole de l'identité aborigène, enflamme le sol face à une cascade d'eau à Sydney.

La longue route

Allumée le 16 avril à Olympie, la flamme a déjà traversé le Péloponnèse, éclairé le rocher de l'Acropole et le sanctuaire de Delphes, Marathon et les Météores, fait la tournée des îles, Kastellorizo, Crète, Santorin,... avant d'être transmise à la France au stade panathénaïque d'Athènes et d'embarquer le 27 avril à bord du Belem, un trois-mâts construit à Nantes en 1896.

Elle arrivera le 8 mai à Marseille et entamera son long parcours en France jusqu'à son installation dans le jardin des Tuileries, en face de la Pyramide du Louvre. Florent Manaudou, quadruple médaillé olympique et champion olympique du 50 m nage libre en 2012, sera le premier relayeur de la flamme sur le sol français. Mais qui sera le dernier, celui qui allumera la vasque? Les organisateurs entendent garder le secret.

 

Par Laurence COUSTAL / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
03H
23H
22H
21H
19H
18H
17H
16H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/