Parcousup : entre soulagement, déception et couacs, la drôle de soirée des lycéens

La plate-forme Parcoursup a connu quelques couacs pour sa grande première (©DENIS CHARLET - AFP)

Reportage Sud Radio. La plate-forme Parcoursup a livré mardi soir ses premières réponses aux vœux d’orientation formulés par plus de 800 000 lycéens. Un système qui n’a visiblement pas fait l’unanimité...

"Oui ! J’ai des oui ! J’ai été acceptée à la Sorbonne ! Ah non, c’est à l’Institut catholique mais ce n’est pas grave ! Oh merci ! Je suis fière de moi...". Les doigts crispés sur son téléphone et l’œil rivé sur le site Parcoursup, Linor exulte. Ses choix d’orientation ont été validés par la plate-forme Parcoursup, mise en place par le gouvernement pour effectuer une pré-sélection avant l’enseignement supérieur. Cette élève de terminale ES se prépare donc à intégrer une filière Information et Communication à l’Institut Catholique de Paris. Son amie Aurélie, elle, est moins chanceuse. ""Vous êtes pour le moment en liste d’attente". Mais je suis en liste d’attente partout en fait ! Normalement il y a un classement mais je ne le vois pas...", s’étonne-t-elle au micro de Sud Radio.

Comme beaucoup d’autres parmi les quelque 810 000 lycéens concernés, son choix principal n’a pas été validé pour l’instant. Jeanne, passionnée de mode, est elle aussi déçue par le verdict. "Je n’ai que des listes d’attente, et pour les écoles de mode je n’ai eu que des non… C’est normal, il n’y avait que 24 places", glisse-t-elle. Alors que sa classe devrait recevoir aujourd’hui la ministre de l’Enseignement supérieure, Frédérique Vidal, elle compte bien interpelle cette dernière. "Je vais lui dire qu’il y a des filières qui ne sont pas assez développées en France. En droit, il y a plein d’écoles et plein de facs, mais pour les gens comme moi qui souhaitent des filières moins développées, il n’y a pas assez d’écoles", affirme-t-elle.

Alors que l’accès au site s’est révélé difficile pour de nombreux lycéens, Aurélie est globalement plutôt déçue par ce nouveau système. "On a mis beaucoup de temps à faire nos vœux, à les rentrer dans Parcoursup. On y a passé énormément de temps ! Et le jour J, on a du mal à se connecter, au bout d’une demi-heure il n’y a que des "En attente". On ne peut même pas voir notre classement dans la liste d’attente ! Beaucoup sont en liste d’attente dans ma classe, je trouve ça un peu dommage de se dire qu’il va falloir encore attendre que des places se libèrent pour avoir quelque chose. Quand on a que des listes d’attentes c’est compliqué, on n’a pas un seul oui certain… Cette manière de faire, je trouve ça un peu moyen", regrette-t-elle.

Un reportage d’Alfred Aurenche

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio