"Osez le Féminisme" s'attaque à Miss France: "Ras-le-bol de ces associations qui se servent de la Justice pour faire avancer leurs idées", s'insurge Élisabeth Lévy

L'association "Osez le féminisme" attaque la société Miss France aux prud'hommes Pour elle, les critères de sélection sont discriminatoires.

Miss France

L'association Osez le féminisme attaque la société Miss France aux prud'hommes estimant que les critères de sélection sont discriminatoires.

D’abord, ras-le-bol de ces associations qui se servent de la Justice pour faire avancer leurs idées. Osez Le Féminisme est "accompagnée dans sa démarche par trois femmes" qui n’ont pu se présenter. Enfin bon, ça n’a pas dû être difficile de trouver des militantes. 

Les critères sont les suivants : mesurer 1,70, être célibataire et être "représentative de la beauté". Ce sont des critères assez désuets C'est tout juste si on ne leur demande pas une bonne moralité. De plus, ces critères sont très subjectifs. C’est quoi la beauté ? Marylin et ses formes plantureuses satisferaient-elles aux critères actuels de la beauté ? Et pourquoi 1 mètres 70 ? Il y a des petites femmes ravissantes, non ?

Pour faire condamner Miss France, Osez Le Féminisme devra démontrer qu’il s’agit d’un contrat de travail (comme pour la téléréalité). Or, le Code du travail interdit tout critère lié "aux mœurs, à l'âge, à la situation de famille ou à l'apparence physique". 

Heureusement car c’est un critère injuste par définition

La vie est injuste. La plupart des gens ne peuvent pas entrer à Normale Sup ou à Harvard par manque de moyens intellectuels et/ou financiers. Et moi-même qui rêvais enfant d’être hôtesse de l’air, j’ai appris un jour qu’il fallait mesurer 1 mètres 60.

La question de la beauté est d'une vraie hypocrisie. Les bombasses ont souvent plus de succès que les laiderons. C'est vrai aussi dans le boulot et pas seulement pour être mannequin, comédienne ou hôtesse d’accueil. Vous croyez que, si vous postulez pour un job, votre physique et votre mise ne jouent pas ? Personne ne dit : je choisis une jolie fille. Mais on choisit et choisir c’est discriminer. 

On peut trouver qu’un concours de beauté c’est ringard. Mais vu les audiences, il faut croire que beaucoup de gens aiment regarder des jolies filles. C’est bien le problème. Les mères-la-vertu du nouveau féminisme ont ceci de commun avec certains écologistes qu’elles  détestent décidément tout ce qui fait plaisir aux gens.

À lire aussi : 

Elisabeth Lévy - "Regardez comme les Miss France ont un beau QI"