Loïc Hervé : "le pass sanitaire est un faux remède"

Loïc Hervé, sénateur centriste de Haute-Savoie, était l'invité de Philippe Rossi dans "Les vraies voix" le 27 août 2021 sur Sud Radio.

Loïc Hervé, invité de Philippe Rossi dans "Les vraies voix" sur Sud Radio.

Le 26 août 2021, Olivier Véran, le ministre de la Santé, a annoncé une possible prorogation du pass sanitaire au-delà du 15 novembre 2021. L’exécutif, avait-il prévu dès le début de rendre le pass sanitaire pérenne ?

"À partir du moment où on a créé chez les Français une accoutumance et un faux sentiment de sécurité, il est facile de pérenniser le pass sanitaire"

"Oliver Véran fait du teasing, comme il l’a fait tout au long de cette crise sanitaire. Quand le pass sanitaire avait été créé en avril 2021, on nous avait dit que ce serait pour les grands événements culturels et sportifs, que jamais, au grand jamais, on ne l’élargirait au-delà. Deux mois plus tard on voit le pass sanitaire étendu. De toute façon, à partir du moment où l’outil est créé, où il existe, on va aller vers quelque chose qui va être pérenne. Demain on le prolongera, on l’expliquera que ça va être utile pour d’autres épidémies à l’avenir. À partir du moment où on a créé chez les Français une accoutumance et un faux sentiment de sécurité, il est facile de le pérenniser. Rappelons aussi que ce pass sanitaire ne règle en rien la question du virus. On pense avoir trouvé ce remède, qui est en réalité un faux remède. Car le vrai remède, tout le monde le sait, c’est la vaccination", a estimé Loïc Hervé.

 


Aurait-on pu se passer du pass sanitaire ? "Bien sûr qu’on peut faire autrement ! Les Espagnols ne le font pas, les Anglais ont arrêté de le faire, les Israéliens ont supprimé leur pass sanitaire récemment. Et quand nos voisins le font, ils le font d’une manière beaucoup moins attentatoire aux libertés publiques. Par exemple, en Italie vous ne montez pas votre pass sanitaire quand vous allez prendre un verre en terrasse", a répondu Loïc Hervé.

"À force de tourner la vis de plus en plus fort, à un moment donné il se peut que la vis rompe"

Loïc Hervé voit dans le pass sanitaire une coercition. "Je crains qu’on ait le pass sanitaire et l’obligation vaccinale, et que le pass sanitaire devienne un pass vaccinal. Quand j’étais maire d’une commune, je pratiquais le culte de la responsabilité individuelle. Je pense que l’être humain est naturellement responsable, et il faut solliciter cette responsabilité. Là, c’est l’inverse qui se passe, on est dans la coercition. C’est infernal. Je ne suis pas anti-macroniste, je suis modéré, mais je considère qu’on est en train de mettre dans la population française quelque chose d’inacceptable."

 


Le pass sanitaire, ne va-t-il pas entacher les chances d’Emmanuel Macron de se faire réélire en 2022 ? "Olivier Véran peut raconter ce qu’il veut. Le plus important, c’est ce que dira le président de la République, candidat à sa réélection. Il doit, de mon point de vue, à un moment donné, prévoir la levée des restrictions et un retour à la normale. Et si, en tant que président de la République, il ne prévoit pas un discours sur la liberté, la société française de l’après-crise sanitaire, il aura des difficultés. Car dire aux Français 'je suis candidat et je tourne la vis de plus en plus fort', à un moment donné il se peut que la vis rompe", a estimé Loïc Hervé.


Cliquez ici pour écouter "Les vraies voix" avec Philippe Rossi
Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !"