La vie en vrai : Il veut replanter une "forêt indigène" en Occitanie

Chili : "le pire désastre forestier" de son histoire
Les essences d'arbres indigènes résistent mieux au réchauffement climatique.

Comment recréer des forêts uniquement constituées d’essence locale ? C’est le projet de l’invité de Cécile de Ménibus, Yann Rocq, porteur du Projet SILVA : replanter une forêt indigène à côté d’Albi, en Occitanie.

Yann Rocq, archéologue et historien de formation, avait envie d’un projet humain. Le projet Silva (ce qui veut dire arbre en latin) qu'il porte, vise à la création d’une forêt indigène. Indigène ? "Ce sont des essences présentes dans notre environnement depuis la dernière ère glaciaire : le peuplier noir, le tilleul, les différents chênes". À l’inverse, le platane et le noyer n’en sont pas. "Ce sont des arbres acclimatés, rapportés d’ailleurs, d’Asie ou du Moyen-Orient à l’époque romaine".

Déjà adaptés au réchauffement climatique

Comme ces arbres sont présents dans notre environnement depuis environ 13.000 ans, "ils ont subi les différents changements climatiques. Là, ce n’est pas le premier réchauffement climatique. Génétiquement, ils se sont adaptés aux réchauffement et refroidissements climatiques". Pour son projet, Yann Rocq, a déjà trouvé un terrain, "ni agricole ni constructible". "C’est une méthode japonaise qui utilise de petites surfaces sur lesquels créer des forêts purement écologiques, ni d’exploitation, ni de plaisance, où planter des arbres indigènes de façon très dense, pour reproduire ce que fait la nature elle-même".

Sud Radio lance le défi du jour à ses auditeurs : si avez un bout de jardin, le prochain arbre que vous allez planter sera un arbre indigène. Plantez-le, et envoyez-nous la photo sur contact @sudradio.fr !


Réécoutez le débat en cliquant ici


Retrouvez "L'info en vérité" avec Véronique Jacquier, Cécile de Ménibus et Patrick Roger du lundi au vendredi à 9h15 sur Sud Radio.

 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio