Interdiction du foie gras dans certaines mairies ? "D'énormes efforts sont faits sur les animaux"

Certaines mairies écologistes interdisent le foie gras de leurs réceptions. Pour Elisabeth Lévy, il faut privilégier les éleveurs qui respectent leurs animaux et éviter de surconsommer ce plat traditionnel.

foie gras
OLIVIER LABAN-MATTEI - AFP/Archives

Après les maires écolos de Strasbourg et Grenoble, Grégory Doucet à Lyon interdit le foie gras lors des réceptions officielles. 

"Ma première réaction: ces écolos sont des peine-à-jouir toujours prêts à interdire ce qui fait plaisir aux Français surtout quand ça relève de la tradition. C'est particulièrement stupide à Strasbourg, terre de naissance du foie gras en France et dans le sud-ouest où c'est une activité essentielle. À Lyon, Doucet non content de ne plus en servir - ce qui peut se comprendre - invite les restaurateurs à le bannir de leur carte. Ils l’ont justement envoyé bouler"

"Cependant, on ne peut pas balayer l’argument du bien-être animal. J’aime le foie gras mais j’aime aussi les oies et les canards. Il est légitime de les manger mais pas de les traiter comme des objets". 

"Je me suis donc plongée dans les articles de Périco Légasse dans Marianne. Il confirme que le pb n’est pas le gavage, mais l’industrialisation. Donc, la démocratisation. C’est pour mettre ce produit difficile à fabriquer, donc luxueux, à portée de toutes les tables et de tous les repas qu’on a industrialisé la fabrication et créé des élevages aussi abominables que les fermes des mille vaches". 

Donc, il faut interdire ce foie gras ou le réserver aux riches ? 

"Evidemment pas ! D’abord, c'est une question de liberté. Chacun ses priorités. On n’a pas le choix entre l’interdiction et la surconsommation. Les éleveurs aiment leurs bêtes. Malgré les incitations de l’Union Européenne et de l’industrie de la malbouffe à déshumaniser la production au nom de la rentabilité, ont fait d’énormes efforts pour mieux les traiter".

"En Alsace, dans le Périgord et ailleurs, il y a un gavage artisanal qui s’appuie sur le métabolisme d’animaux portés sur la boulimie. Au lieu de prononcer des oukases, les maires écolos feraient bien de valoriser ces éleveurs et artisans qui traitent bien leurs animaux et fabriquent des produits merveilleux".

"Seulement, manger éthique a un prix. Le foie gras artisanal est un produit saisonnier. Plutôt que de manger à tout bout de champ un mauvais foie gras, réservons-le aux fêtes de fin d’année. Comme le dit Périco Légasse, mangeons-en moins mais mieux. Les volatiles s’en porteront mieux. Et notre conscience aussi".

À lire aussi : 

Strasbourg bannit le foie gras des réceptions officielles