Inflation : "On continue à faire croire que cette création monétaire va profiter aux citoyens"

Le versement de dividendes devrait atteindre un niveau historique. L'inflation en est l'une des causes mais cela ne profite pas aux citoyens explique Alexis Poulin.

inflation

Les dividendes versées cette année pourraient ne jamais être aussi importants malgré une forte inflation. Pourtant, les salaires, le pouvoir d'achat des ménages les plus précaires n'augmentent pas ou très peu. Explications d'Alexis Poulin.

"Dans la théorie économique des grands tenants de l'économie, la boucle prix-salaire s'explique lorsque il y a une augmentation des salaires afin de rendre l'inflation pérenne. Il ne faut donc surtout pas faire ça pour que l'inflation soit temporaire. Or, le problème de l'inflation aujourd'hui, c'est qu'elle est déjà à 2%, qu'on parle de 4%. Elle est créée par la création monétaire".

"35% des billets de dollars ont été créés en 2021. Donc, en fait, cette création monétaire permet à la finance de s'enrichir extrêmement facilement. En tout, 1480 milliards de dividendes vont être distribués. C'est un record historique ! C'est-à-dire que l'économie va mal mais la finance va très bien. C'est ce qu'on appelle l'effet cantilon".

"L'inflation c'est des yachts de 150 mètres pour les plus riches et un frigo vide pour les plus pauvres"

"Cet effet qui a été théorisé dès le XVIIIe siècle - c'est étonnant que Bruno Le Maire ou Christine Lagarde ne le connaissent pas - explique que plus on crée de l'argent, plus ça profite à ceux qui sont proches de cette création. La BCE crée de l'argent et les marchés, les financiers, les banques et les États en profitent mais certainement pas les citoyens".

"Le citoyen, lui, que voit-il ? L'inflation ! Et l'inflation c'est quoi ? Ce sont des yachts de 150 mètres pour les plus riches et c'est un frigo vide ou une fin de mois extrêmement difficile pour les plus pauvres. Et ce, parce que la boucle prix-salaire dit qu'on ne peut pas augmenter les salaires. Alors, on sent bien que cela ne peut pas tenir. En Espagne, vous avez des manifestations pour une augmentation des salaires, il y avait un mouvement sociale à Roissy hier pour dire la même chose. Les gens demandent à ce que l'argent ruisselle mais ça ne ruisselle pas".

"On continue à faire croire que cette création monétaire va profiter à l'économie réelle"

"Donc le Medef commence à changer de petite musique en disant: "On va éventuellement augmenté les salaires mais alors au coup par coup et ce serait 2% mais pas plus car sinon on ne pourrait rien faire. La politique d'Emmanuel Macron - il essaye de s'en défendre - a profité aux plus riches. 1% des des plus riches ont reçu 3500€ en plus en moyenne grâce aux mesures du président. Par contre, pour les plus pauvres, c'est 0€ par personne. Donc c'est encore une fois les plais aisés des citoyens français qui gagnent".

"Et quand on voit les politiques qui sont mises en place, on incite les entreprises à essayer d'être sympa, aux propriétaires de baisser les prix. Comment ? En faisant des cadeaux fiscaux avec moins d'impôts donc moins de revenus donc moins de services publics pour les citoyens français les moins aisés qui ont besoin de ces services publics comme l'école, la santé, la police ou d'autres".

"Et, donc, on continue à faire croire que cette création monétaire est là pour sauver les marchés financiers et qu'elle va profiter à l'économie réelle. C'est totalement faux ! Le problème c'est, jusqu'à quand cela peut tenir ?"

À lire aussi : 

"Je ne crois pas à la théorie du ruissellement, affirme Bruno Le Maire sur Sud Radio, je n'y ai jamais cru !"