single.php

Élisabeth Lévy : "Pourquoi se contenter d’une femme à Matignon ? C’est de l’instrumentalisation !"

Il se murmure qu’Emmanuel Macron veut nommer une femme à Matignon. Pourquoi se contenter d’une femme à Matignon ? Le coup de gueule d'Élisabeth Lévy.

Il se murmure qu’Emmanuel Macron veut nommer une femme à Matignon. Pourquoi se contenter d’une femme à Matignon ? Le coup de gueule d'Élisabeth Lévy.

Pourquoi se contenter d’une femme ? Pour cocher toutes les cases du progressisme, Emmanuel Macron devrait nommer une femme trans, issue de la diversité, souffrant de handicap. Et bien sûr, portant un voile islamique puisque désormais, il trouve que ça va très bien avec le féminisme ! Soyons honnêtes, cette instrumentalisation des femmes n’est pas l’apanage d’Emmanuel Macron. C’est la première chose qu’a dite Valérie Pécresse après sa nomination comme candidate. Anne Hidalgo a aussi essayé d’en jouer. Et vous verrez, bientôt elles nous expliqueront que leur mauvaises performances s’expliquent par le machisme qui règne dans le monde politique.

Ce n'est pas la nomination d'une femme qui me gêne mais c'est qu’on affirme chercher une femme par principe. C’est humiliant pour les femmes et paradoxal. Si les femmes sont les égales des hommes, pourquoi y aurait-il une façon féminine de gouverner. Et je dirais la même chose si on me disait qu’il faut nommer un Premier ministre noir, juif, musulman ou homosexuel. 

Dans cette optique où les gens sont regardés comme les représentants d’un groupe, d’une communauté, ce n'est plus la formation d'un gouvernement, mais un casting.

De plus, il s’agirait de réparer une injustice. C'est au tour des femmes puisqu’il n’y a jamais eu de premier ministre appartenant à ces catégories de la population. D’abord, c’est injuste pour les autres. Dans le cas qui nous occupe, les hommes seraient écartés par principe...

Si vous privilégiez une catégorie parce que vous voulez envoyer un message, le minimum c’est de ne pas le dire, je vous assure que tout le monde s’en rendra compte. Le principe fondateur de la République, c’est l’universalisme, et la méritocratie qui en est le corollaire. S’agissant du premier ministre, il faut ajouter le critère des équilibres politiques. Il sera intéressant de voir si Emmanuel Macron privilégie une personnalité marquée plutôt à droite ou plutôt à gauche. Que ce soit une femme ou un homme, je m’en fiche royalement.  Et les Français aussi. Sinon, Marine Le Pen serait présidente de la République ou Anne Hidalgo.

L'info en continu
19H
18H
17H
16H
14H
12H
11H
09H
Revenir
au direct

À Suivre
/