Danièle Obono : "les parlementaires ne peuvent pas avoir un débat éclairé avec des éléments faux et truqués"

Les députés entament ce lundi 17 février 2020 l'examen du projet de loi de la réforme des retraites. Le vote du texte est prévu avant l'été.

L'Assemblée nationale examine la réforme des retraites à compter du 17 février 2020. © AFP

Pour en parler, Danièle Obono, députée de la France Insoumise (Paris), était l'invitée de Benjamin Glaise le 17 février 2020 dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

 

Réforme des retraites : la France Insoumise assume la multiplication des amendements

Interrogée sur ce qui ressemble à une stratégie de blocage du texte par son parti, Danièle Obono a répondu : "notre preuve de zèle a pour le moins le mérite de montrer l’inconsistance du texte de la majorité. Nous l’avons étudié en commission et avons soulevé plusieurs problèmes, comme la question du soi-disant revenu d’activité que même l’INSEE ne connaît pas, et qui est censé être l’un des facteurs qui permettrait de calculer le point.

Et puis, plus on posait de questions et plus on présentait d’amendements, plus on déroulait le fil où l’on voit que même les députés de la majorité ont du mal à y comprendre quelque chose. Ils nous expliquent que les retraites vont servir de variable d’ajustement en cas de crise financière. On voit bien que l’exercice a quand même été utile".

Réforme des retraites : Danièle Obono dénonce la méthode de l’exécutif

"On a une procédure accélérée. Le gouvernement a choisi de passer en force. Il a produit une étude d’impact complètement truquée. Même le Conseil d’État s’est ému des conditions dans lesquelles ça s’est fait, des erreurs et des mensonges. Il est bourré de chiffres faux, d’estimations fausses. C’est une forme d’obstruction qui est faite aux parlementaires, parce que nous ne pouvons pas avoir un débat éclairé avec des éléments faux et truqués et avec un gouvernement qui passe son temps à essayer de négocier en parallèle du débat parlementaire.

Notre objectif est que la majorité prenne conscience de l’erreur dans laquelle elle est et vote contre ce texte, que ce texte soit rejeté. Je pense qu’aujourd’hui le gouvernement a perdu la bataille de l’opinion, plus personne ne peut croire que ce texte est censé être universel quand le gouvernement négocie, clientèle par clientèle, les normes d’application de ce texte qui est censé être bénéfique pour tout le monde mais dont il exonère un certain nombre de personnes. Plus personne ne croit qu’il y a de l’égalité", a déclaré Danièle Obono.

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Benjamin Glaise

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !