Tourisme : "Une situation qui est celle du coeur de la crise en 2020"

Plusieurs pays ferment leurs frontières pour tenter de stopper la propagation du variant Omicron. Nouveau coup dur pour le secteur touristique qui, à l’échelle mondiale, devrait perdre 2.000 milliards de dollars cette année sous l'effet des restrictions liées à la pandémie. À quelques semaines des fêtes de fin d’année, la propagation du nouveau variant inquiète les professionnels du tourisme, qui font déjà face à une forte baisse d’activité.

tourisme
Propagation du variant Omicron : les vacances à l’étranger pourraient être perturbées. © AFP

Reportage de Clément Bargain pour Sud Radio

Professionnels du tourisme : "Le téléphone ne sonne plus..."

Nouveau coup dur pour les professionnels du tourisme : de plus en plus de pays imposent de nouvelles restrictions. Fermeture des frontières, suspension des vols avec certains pays comme l’Afrique du Sud : depuis quelques jours, Karine, responsable d’une agence de voyage, doit gérer les annulations en cascade. "Jusqu'à présent, on avait beaucoup de réservations, mais ça s'est arrêté, le téléphone ne sonne plus..., explique-t-elle. Beaucoup de clients passent parce qu'ils sont inquiets. Je n'ai pas de boule de cristal, je n'ai pas pu leur répondre. Il va falloir qu'on rembourse et qu'on gère".

Le variant Omicron est au cœur des inquiétudes pour les fêtes de fin d’année. "Le variant en soi ne les inquiète absolument pas, précise Karine. Ils ont peur qu'on les prive de leur liberté, comme le fait de ne pas pouvoir aller au restaurant".

Même son de cloche dans cette autre agence de voyage : plus aucune réservation et des annulations qui se multiplient. Ça fait 42 ans que Siam gère cette affaire et la situation est catastrophique. "Notre chiffre d'affaires est monté à 5 millions, aujourd'hui c'est même pas 80.000 euros, déplore-t-il. On a beaucoup de difficultés actuellement", confie-t-il.

"Nous revenons dans une situation qui est celle du coeur de la crise en 2020"

Et ce n’est pas 2021 qui permettra de sauver les meubles. Les arrivées de touristes internationaux devraient rester cette année de 70 à 75% inférieures à celles de l’avant-pandémie.

Une situation très inquiétante pour Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage, qui "craint une contagion des fermetures de frontièresNous revenons dans une situation qui est celle du coeur de la crise en 2020, assure-t-il. Une activité extrêmement faible alors qu'on était sur une reprise d'activité très ferme depuis le mois de septembre. On est revenu à une forte chute de l'activité et une absence de visibilité sur les prochaines semaines".

Il demande au gouvernement de poursuivre les aides. "Nous nous rapprochons des services de l'État pour qu'il y ait une continuation des mesures de soutien apportées à notre secteur, qui, jusqu'à maintenant, ont fait preuve d'efficacité".

 

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !