Coronavirus : pratiquer sa religion 2.0

Pâques, ramadan, Pessah... Les fêtes religieuses d'avril devront se faire "sans rassemblement" a prévenu lundi 23 mars 2020 Emmanuel Macron. En pleine crise sanitaire dûe au Covid-19, le Président de la République entend ainsi limiter la progression du virus.

De nombreuses paroisses officient en direct sur les réseaux sociaux

Reportage d’Alexandre de Moussac

 

Emmanuel Macron organisait le lundi 23 mars 2020 une rencontre, par vidéoconférence, avec l’ensemble des responsables religieux et les autorités morales. Objectif : maintenir la cohésion dans cette période de confinement. On ne peut certes pas pratiquer son culte comme d’habitude mais garder malgré tout un contact. Chez les catholiques notamment, de nombreuses initiatives sont mises en place pour vivre sa foi, même sans aller à la messe.

Les consignes de sécurité appliquées lors de la réunion d'Emmanuel Macron avec les responsables religieux et autorités morales.

Benoît est ce qu’on appelle un catholique très pratiquant. D’ordinaire, il va plusieurs fois par semaine à l’église et est engagé au sein de sa paroisse. Alors malgré le confinement, hors de question pour lui et sa famille de rater la messe. A 7 heures, à l'heure où le Pape officie, il se branche sur Radio Notre-Dame ou la chaîne télévisée KTO.

Au sein de sa propre paroisse, Benoît tient aussi à garder une forte cohésion spirituelle : il a créé un groupe WhatsApp de sa paroisse pour permettre aux paroissiens d'échanger.

"L'idée c'est de maintenir ce lien entre nous qui partageons la même foi. De se retrouver d'un autre façon. On a envie de partager sur ce qui nous anime dans notre chemin de foi."

Mais une chose l’angoisse, l’arrivée de la semaine sainte et son point d’orgue, Pâques, que Benoît et sa famille ne pourront pas célébrer comme d’habitude.

"Ca va être une très grande frustration, c'est le sommet de la vie chrétienne la semaine sainte. C'est les jours les plus importants qui constituent notre foi"

Le chef de l’Etat a annoncé lundi la mise en place d’une cellule d’écoute pour les personnes en difficulté, pour un soutien moral voire spirituel. Et ce peu importe sa croyance.

Pas de crémation généralisée des victimes du Coronavirus

Emmanuel Macron s'est voulu aussi rassurant sur le fait qu'il n'était pas question que la crémation se généralise pour les personnes décédées du Covid-19. "Le président a dit qu'aucune directive n'avait été donnée aux préfets en ce sens, il y a eu des maladresses de langage dans quelques situations, le malentendu est dissipé", a indiqué l'Elysée. La crémation est proscrite dans la tradition musulmane.

La semaine sainte et le week-end de Pâques pour les chrétiens tombent du 6 au 12 avril, avant le lundi de Pâques le 13. Les fêtes de Pessah, la Pâque juive, sont prévues du 9 (au 8 au soir) au 16 avril et le ramadan doit débuter autour du 24 avril.