single.php

Alsace : décès de la collégienne victime d'un malaise cardiaque en marge de l'attaque au couteau

L'adolescente de 14 ans victime d'un malaise cardiaque lors du confinement de son collège consécutif à une attaque au couteau jeudi à Souffelweyersheim (Bas-Rhin) est décédée et une enquête est en cours, a-t-on appris vendredi auprès des autorités.

FREDERICK FLORIN - AFP

L'adolescente de 14 ans victime d'un malaise cardiaque lors du confinement de son collège consécutif à une attaque au couteau jeudi à Souffelweyersheim (Bas-Rhin) est décédée et une enquête est en cours, a-t-on appris vendredi auprès des autorités.

"Elle avait été secourue par des enseignants qui très vite ont appelé les services de pompiers. Elle est décédée en fin d'après-midi", a expliqué à l'AFP le recteur d'académie, Olivier Faron.

Jeudi après-midi, une alerte avait été lancée par le directeur de l'école primaire de la commune après que deux écolières avaient été attaquées au couteau par un individu présentant des antécédents psychiatriques.

"Nous avons mis en place la procédure de confinement. Les enseignants l'ont fait de manière extrêmement précise et rigoureuse et malheureusement cette collégienne a connu un épisode de stress très fort qui a abouti à cet arrêt cardiaque", a précisé le recteur.

"Ce sont des procédures bien rodées, nous travaillons de manière très étroite avec la préfecture, nous avons été présents sur place extrêmement rapidement. Il n'y a aucune solution parfaite et nous analyserons en profondeur ce qui s'est passé. S'il y a des enseignements à tirer, nous les tirerons. Mais les enseignants ont vraiment fait le nécessaire", a-t-il estimé.

"Nous sommes atterrés, sans voix", a déclaré à l'AFP Georges Schuler, le maire de Reichstett, commune où résidait la collégienne. "Il y a une enquête en cours, je ne peux pas vous dire si cette jeune fille présentait une pathologie cardiaque ou pas".

L'école primaire et le collège ont rouvert leurs portes vendredi matin, avec une présence renforcée de la gendarmerie, selon Jean-Baptiste Peyrat, directeur de cabinet de la préfète du Bas-Rhin.

"L'équipe mobile de sécurité du rectorat est présente avec beaucoup de membres et la cellule d'urgence médico-psychologique est présente également avec beaucoup de psychiatres et de psychologues", a précisé Olivier Faron. "La journée va être consacrée à l'écoute et à la solidarité pour tenter de surmonter ce qui est une épreuve terrible".

Le collège sera également ouvert lundi, au premier jour des vacances scolaires, pour proposer un accueil et un service d'écoute aux familles qui en feraient la demande.

Les deux fillettes visées lors de l'attaque présentent des "blessures physiques légères", selon le parquet de Strasbourg.

L'assaillant, âgé de 30 ans, a été interpellé. Une enquête pour "tentatives d'homicides volontaires sur mineures de 15 ans (et rébellion)" a été ouverte.

"Les motivations du principal suspect demeurent inconnues à ce stade", a précisé le parquet, qui a évoqué des "fragilités psychiatriques" et estimé "qu'aucun élément ne permet de rattacher ces agressions à un acte terroriste".

 

AFP / Strasbourg (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
17H
16H
15H
14H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/