Union de la gauche : afin de "changer la vie des gens"

70 circonscriptions devront faire campagne pour un candidat socialiste pour les législatives comme le prévoit l’accord passé entre LFI et le PS. Un Reportage de Franck Longueville.

gauche
Avoir Jean-Luc Mélenchon pour Premier ministre, c'est ce qui compte pour les militants LFI. Photo de JULIEN DE ROSA / AFP

Avaler sa rancœur, cacher sa frustration et penser à l’intérêt général, c’est certainement ce que se disent les militants de gauche de la France insoumise. Un exemple dans la 2ème circonscription du Lot-et-Garonne où s’est rendu Franck Longueville.

 

 

"Chacun sera libre de participer à son niveau"

Avant que ne soit signé cet accord électoral, Marielle Breuil, maraîchère Bio, et Baptiste Luacès, médecin de campagne, avaient été désignés respectivement candidate et suppléant sous l’étiquette France insoumise. Mais manque de chance pour eux, ce territoire lot-et-garonnais est réservé à un candidat socialiste, le parti du « renégat » François
Hollande. Sur le coup, la nouvelle a jeté un froid chez les militants.

"Il y a un petit temps de battement parce que les militants s’étaient préparés, on avait réfléchi à des actions de campagne, etc.", explique Marielle Breuil. "Mais chacun sera libre de participer à son niveau selon ce qui lui permet d’être à l’aise. Ce qui permet de motiver les troupes, c’est d’envoyer Mélenchon au gouvernement".

 

"C’est assez extraordinaire que toute la gauche ait pu se réunir autour d’un tel programme"

Jean-Luc Mélenchon, premier ministre, avec derrière lui toute la gauche pour appliquer un programme radical, c’est le plus important pour Baptiste Luacès. "Je crois que l’on peut dire que c’est assez extraordinaire dans l’histoire des idées en France que toute la gauche ait pu se réunir autour d’un tel programme", déclare-t-il.

"Nous, spontanément, ça nous évoque 1936 avec le Front populaire. La chose la plus importante, c’est que l’on puisse être majoritaire sur ce programme et mener une politique qui va changer la vie des gens. On ne peut pas faire d’union qu’avec les gens qui pensent et qui sont exactement comme nous. Bien sûr qu’on sera vigilants. On va leur demander de nous montrer qu’on a eu raison d’avoir confiance", explique le médecin de campagne.

Dans cette circonscription rurale du Lot-et-Garonne, le député sortant fait partie de la République en marche. En revanche, Marine Le Pen est arrivée en tête du second tour de l’élection présidentielle.

 

 

Paul

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !