Sondage exclusif - Vers un second tour Macron-Le Pen (55%/45%)

Et si le second tour de la présidentielle de 2022 était d'ores et déjà joué d'avance ? L'éternel duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen ne semble pas s'essoufler et gonflerait même les chiffres jusqu'à en faire le face-à-face le plus plébiscité des Français depuis Sarkozy-Royal en 2007. En face, la division de la gauche et la chute drastique de la droite ne risquent pas d'inquiéter les deux têtes d'affiche de la politique française. Pour le moment.

Le président de la République et la figure de proue du Rassemblement National ont "phagocyté le débat politique ces trois dernières années", rappelle Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop. (Photo Philippe Wojazer / AFP)

Selon ce sondage réalisé par l'Ifop-Fiducial pour Sud Radio et CNews, l'hypothèse d'un second tour identique à celui de 2017 est plus que jamais probable, d'autant que Marine Le Pen gagne 11 points par rapport à son score antérieur (estimation à 45% contre 34% il y a trois ans).

Autre fait notable : le président de la République sortirait en tête au premier tour à 28 % si François Baroin venait à représenter la droite des Républicains tandis que la numéro 1 du Rassemblement National prendrait les rênes, elle aussi à 28 %, si Xavier Bertrand apparaissait comme étant le leader de la droite dans deux ans.

Là est la grande surprise par rapport à la présidentielle précédente, la droite filloniste qui avait recueilli 20 % des suffrages au premier tour perdrait huit points quelle que soit la candidature proposée (François Baroin comme Xavier Bertrand) et Jean-Luc Mélenchon qui talonnait les Républicains avec 19,% des voix, descendrait lui aussi à 12%.

Cette méforme à droite comme à l'extrême-gauche profite inélutablement à Marine Le Pen qui surfe sur son succès aux élections européennes de l'an passé (premier parti de France à 23,34 %, un point de plus que La République En Marche). Malgré les polémiques récentes autour de la gerbe déposée au pied de la statue du Général de Gaulle, puis retirée par les habitants de l'île de Sein, ainsi que les financements occultes de campagne, le Rassemblement National fait des émules, jusqu'à inquiéter Emmanuel Macron avec un écart potentiel de dix points au second tour (45 % contre 55 %). De son côté également, le président gagne en popularité malgré la gestion de crise et la crise des masques.

Sensation également du côté du Parti Socialiste puisque Olivier Faure, secrétaire général du PS, rassemblerait deux fois moins de voix que Benoît Hamon - qui avait recueilli 6,36 % des voix en 2017 soit le pire score des socialistes dans une présidentielle - avec un faible 3 %. Un score à relativiser tout de même puisque le sondage étudie le plus d'options possibles et le nombre de listes - et de partis - à gauche pourrait être inférieur dans une optique d'union des gauches.

 

Du côté des autres candidats, l'Ifop-Fiducial a étudié les options les plus probables et les scores varient peu ou prou par rapport à 2017. Voici les chiffres dans leur intégralité (dans l'hypothèse d'une candidature de François Baroin pour Les Républicains) :

  • François Asselineau (UPR) : 0,5 %
  • Philippe Poutou (NPA) : 0,5 %
  • Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière) : 1 %
  • Fabien Roussel (PCF) : 1 %
  • Jean Lassalle : 1,5 %
  • Olivier Faure (PS) : 3 %
  • Nicolas Dupont-Aignan (DLF) : 5 %
  • Yannick Jadot (EELV) : 8 %
  • Jean-Luc Mélenchon (LFI) : 12 %
  • François Baroin (LR) : 12 %
  • Marine Le Pen (RN) : 26 %
  • Emmanuel Macron (LREM) : 28 %

 

 

* sondage mené auprès d'un échantillon représentatif de 1105 personnes de plus de 18 ans sur la base d'un questionnaire auto-administré en ligne du 18 au 19 juin 2020.