Que pensent les Français d'Édouard Philippe ? Peut-il être remplacé par un écologiste ?

C'est fait, Édouard Philippe a déposé sa démission ce matin au président de la République, geste symbolique mais parfaitement logique dans le cadre d'un remaniement. Et sa cote de popularité a encore grimpé en un mois, jusqu'à atteindre 43% de bonnes opinions, creusant l'écart avec Emmanuel Macron. Le désormais - ex ? - Premier ministre retrouve ainsi le niveau du début de mandat. Dans une telle mesure que plus de la majorité des Français - 57%  d'entre eux - souhaite qu’il conserve son poste de chef du gouvernement. Une tendance qui se vérifie dans les rues de Paris.

Le Premier ministre et son président avancent masqués et ne cèdent aucun indice dans les pronostics de ce remaniement. Philippe, restera ? Restera pas ? (Christophe Archambault / AFP)
Un reportage de Mathilde Jullien pour Sud Radio
Très exposé dans la gestion de la crise sanitaire, Édouard Philippe a joué le rôle de chef d’orchestre, plus visible encore que son président dans les médias, au travers d'allocutions voire même devant l'Assemblée pour exposer la stratégie de déconfinement. Et sa communication a réussi selon Emmanuel - pas Macron -, qui souhaite le voir rester à son poste.
"Dans son rôle, il a été sérieux, fidèle à son poste, précis, droit, il a donné une impression d'assurance et de sécurité. Je le verrais plutôt rester même si je ne suis pas à droite du tout."
Si Annie est elle aussi convaincue, elle estime qu’un départ serait profitable au maire réélu du Havre.

"Je le sens très très bien car il a fait face. Mais je pense qu'il aurait intérêt à partir en pleine gloire s'il veut faire une carrière plus importante".

Sera-t-il remplacé par un maire écologiste après le succès des Verts dans les grandes viles lors de ces municipales ? Pour Mickaël, la vague verte ne justifie pas forcément un changement de Premier ministre, et il pointe un bon exemple de l'échec d'une figure écologiste au gouvernement.

"Si c'est verdir pour verdir, je n'y vois pas d'intérêt. On a vu ce que ça a donné avec Nicolas Hulot qui a claqué la porte après quelques mois. Qu'il conserve un électorat à droite et ne se mette pas tout le monde à dos."
Même avis pour Victor qui plaide pour un changement de cap concret, pas forcément incarné.
"Je ne suis pas sûr que la solution soit de changer de Premier ministre mais de mettre l'écologie en priorité gouvernementale en général. Moi, Édouard Philippe, je l'ai trouvé plutôt bon."
Selon un nouveau sondage, 75% des Français demandent un changement de politique à Emmanuel Macron, sans pour autant vouloir le départ de leur Premier ministre.

Quid d'un ministre écologiste ?

Remaniement imminent. C'est le tournant d'Emmanuel Macron pour ses deux prochaines années de mandat, cette fameuse "nouvelle ligne à tracer" comme il l'annonçait ce matin dans la presse quotidienne régionale. Mais "verdir", c'est aussi faire rentrer l'opposition de gauche qui prend de l'ampleur, au gouvernement. Le politologue Daniel Boy, spécialiste de sociologie électorale et de l'évolution de l'électorat écologiste et chercheur au CEVIPOF, reste sceptique sur un pronostic vert dans ce remaniement.
"Emmanuel Macron pourrait prendre une personnalité plus connue, qui a une plus grande surface dans le domaine de l'écologie. Mais ce ne sera pas si facile puisque celle-ci ne pourra pas venir d'EELV. En effet, il y a un véto total de la part du parti selon lequel quiconque rentrerait au gouvernement serait exclu des Verts. Quelque soit le Ministre choisi, on est dans un processus où se recompose une gauche à dominante écologiste. Même si le président prenait un ministre écolo, ça n'empêcherait pas une coalition PS-Verts lors des prochaines élections locales puis nationales".