Présidentielle : une banque de parrainages pour atteindre la barre des 500 signatures

Pour que les candidats majeurs puissent tous atteindre la barre des 500 signatures, le Modem lance une banque de parrainages.

Le Modem lance une banque de parrainages pour les principaux candidats n’ayant pas encore atteint la barre des 500 signatures.

Décorréler signatures et soutien

Cela va passer sur le site Notredemocratie.fr lancé le 10 février. Que doivent faire les maires n’ayant pas encore donné leur parrainage ? "Il faut d’abord rappeler le principe de cette idée, explique Jean-Noël Barrot, député des Yvelines, secrétaire général du MoDem. Pour être candidat à l’élection présidentielle, il faut collecter 500 parrainages. Ce devrait être simple, plus de 40.000 personnes étant en capacité de le donner."

"Mais on s’aperçoit que, même pour des candidats qui trouvent un écho considérable dans l’opinion, il peut être difficile de convaincre des maires d’accorder leur parrainage pour telle ou telle raison. C’est pourquoi François Bayrou a proposé de mettre en place un collectif permettant aux maires qui le souhaitent de parrainer. Mais avec une décorrélation entre le parrainage et le soutien."

Une banque de parrainages activée si nécessaire

"Ceux qui souhaitent que chacun des candidats puisse se présenter à l’élection peuvent se faire connaître de ce collectif. Sans quoi la légitimité de cette élection pourrait être ébréchée. Le moment venu, si le besoin se fait sentir, il pourra y avoir une répartition de ces parrainages démocratiques", détaille Jean-Noël Barrot, secrétaire général du Modem.

"C’est une banque de parrainages qui ne sera activée que si les circonstances l’exigent. Il reste encore quelques semaines avant la date du 4 mars, poursuit-il. Si dans les deux dernières semaines, un ou des candidats majeurs rencontraient des difficultés, ce comité se réunirait pour répartir ce parrainage."

Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”