Présidentielle : Lucile, 21 ans, heureuse de voter pour la première fois

Lucile, étudiante de 21 ans, va voter pour la première fois à l'élection présidentielle. Comment a-t-elle fait son choix ?

Selon l’Insee, 48 millions de Français vont voter cette année à l'élection présidentielle. Parmi eux se trouvent nombre de primo-votants.

Présidentielle : "Voter pour que cette élection ne se fasse pas sans nous"

Lucile, étudiante en Master de droit internationale, 21 ans, va ainsi voter pour la première fois dans moins de deux semaines. Que représente ce vote à ses yeux ? "C’est vrai que je suis heureuse de voter pour la première fois aux élections présidentielles. D’une certaine manière, de pouvoir faire entendre ma voix, prendre part."

Ce sera donc son premier vote à 21 ans. Cela signifie qu'elle s'est abstenue aux élections municipales et régionales. "C’est que je n’ai pas pu aller voter, précise-t-elle. Je travaillais et j’étudiais à l’étranger. Ce n’était pas une volonté, j’étais plutôt frustrée". Sent-elle que plus de jeunes s’intéressent à cette élection ? "Du fait de mes études, j’ai la chance d’être avec des personnes sensibles à ces questions-là. On a plus envie de faire entendre notre vote pour que cette élection ne se fasse pas sans nous."

"C'est difficile de réussir à s’émanciper de ses parents"

A-t-elle déjà une idée de son choix ? "Oui, disons que, rapidement, j’ai eu une idée de mon vote. J’ai essayé de me détacher de cette certitude pour réfléchir, comparer les programmes, être sûre de moi. Cela n’a pas été compliqué, mais j’ai décidé. C’est l’écologie qui m’a intéressé en premier lieu. L’international, aussi, du fait de mes études."

N'y a-t-il pas de pression familiale pour voter comme ses parents ? "C’est difficile, au départ, de réussir à s’émanciper de ses parents. Ce sont les idées avec lesquelles on a grandi. C’est quelque chose dont j’ai voulu me détacher sans forcément m’en isoler. Je n’ai pas regardé du tout la télévision, le format ne me correspond pas. Les débats sont plus des luttes qu’un débat d’idées. Je ne m’y retrouvais pas forcément. J’ai plus fait mon choix via les applications qui proposent de comparer les différents programmes."

Retrouvez "Le coup de fil du Matin" chaque jour à 7h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Benjamin Glaise et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”