Matthieu Orphelin : sur l'écologie, "il faut en faire 10 fois plus"

Invité politique
Matthieu Orphelin interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 7 mai à 7H40.

Matthieu Orphelin était l’invité politique de Patrick Roger le 7 mai sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40. Le député du Maine-et-Loire veut voir un bon signal dans les annonces d'Emmanuel Macron hier, suite au rapport onusien sur la biodiversité... Anciennement membre de la majorité LREM qu'il a quittée, ce proche de Nicolas Hulot considère cependant que les mesures, jusqu'ici annoncées, ne sont pas à la hauteur du péril environnemental.

 

Le député du Maine-et-Loire veut voir un bon signal, dans les annonces d'Emmanuel Macron hier, suite au rapport onusien sur la biodiversité. Anciennement membre de la majorité LREM, qu'il a quittée, ce proche de Nicolas Hulot considère que les mesures, jusqu'ici annoncées, ne sont pas à la hauteur du péril environnemental.

"Il manque un gouvernement pleinement mobilisé"

En effet, après la parution d’un rapport d'experts de l'ONU très alarmiste quant à la biodiversité, le président Macron a évoqué la lutte contre le gaspillage dans les cantines et les restaurants, rappelé l'objectif de sortir du glyphosate d'ici trois ans. Il a également annoncé la réduction, de moitié, des produits phytosanitaires et le passage à 100% de plastique recyclé d'ici 2025, l'augmentation de 20 à 30% du territoire en aires maritimes et terrestres protégées. Il promet enfin d'agir contre la réduction des terres agricoles au profit des constructions, et contre l'artificialisation des sols. Après toutes ces annonces, le député du Maine-et-Loire croit-il à la conversion écologique du président de la République ?

"Tout ce qui va dans le bon sens est bon à prendre, c'est bien que le Président ait des mots forts, estime Matthieu Orphelin. Il faudra qu'il traduise ces mesures en actes sans attendre. Le rapport nous dit qu'il faut des mesures urgentes et radicales pour sauver la biodiversité. Il faut que le gouvernement agisse sans délai". Ne faut-il pas juste y voir une opération de communication pour tourner la page de la crise sociale et relancer la campagne des européennes ? "On voit qu’il place la problématique à la bonne échelle. Il manque un gouvernement pleinement mobilisé sur ces questions-là. Il va falloir traduire cela en actes, par exemple sur l'artificialisation des sols. On s’est fixé un objectif de zéro artificialisation, mais sans les moyens de le réaliser". Cependant, "le président de la République a clairement dit que le projet de montagne d'or en Guyane était incompatible avec la biodiversité, se réjouit en tout cas l’ex élu LREM. Il faut aller plus loin, il faut abandonner ce projet, comme pour Notre-Dame-des-Landes. Ce serait un très beau signal d'annoncer l'arrêt du projet de montagne d'or. Pour l’instant il n’est pas gelé. La Guyane est l'un des plus beaux réservoirs de biodiversité du monde, et il y a d'autres manières de relancer l'emploi en Guyane, que ce projet trop dangereux".

Les politiques sont en retard sur les citoyens

Pourquoi avoir quitté la majorité ? "J’ai quitté la majorité car on n'est pas au bon rythme sur la transition écologique. Je ne peux pas mentir, il faudrait en faire dix fois plus, alors que les scientifiques nous disent qu'il faudrait réduire de moitié nos émissions de gaz à effet de serre d'ici dix ans. Il reste encore trois ans. Tout le monde voit la perte de biodiversité. Les citoyens ont envie que cela bouge, les politiques sont en retard sur ces sujets, alors qu’ils ont la main. Ils ne doivent pas se dédouaner, ils ont une responsabilité énorme".

Ira-t-il pour autant soutenir la liste Renaissance (LREM) aux élections européennes ? "Pour l’instant, je ne soutiens personne, j’attends de voir, confie Matthieu Orphelin. La liste Renaissance a annoncé des avancées sur la taxation du kérosène, dans son programme. C’est absurde qu’il ne soit pas taxé alors que le carburant des voitures l’est. Si elle le porte au niveau européen comme annoncé, on verra cette cohérence entre l’ambition affichée en Europe et la réalité de ce que l’on fait. Dans cette campagne, je voterai pour l’écologie. Yannick Jadot a aussi des mesures intéressantes, comme la taxe sur les transactions financières, tout comme la liste PS-Place publique sur la rénovation des bâtiments. Je vois qu’enfin l’écologie est sur le devant de la scène. Mais il ne faut pas de concours de beauté sur l’écologie pour ces élections".

 

 

Cliquez ici pour écouter  "L’invité politique”  avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

 

 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio