single.php

Loi Immigration : le Lot refuse la "préférence nationale"

Par Jean Baptiste Giraud

Plus d'une trentaine de départements de gauche ont annoncé ne pas vouloir appliquer certains points de la loi Immigration.

Le Lot, comme 32 autres départements, tous de gauche, annonce ne pas vouloir appliquer la future loi Immigration sur certains aspects considérés comme de "préférence nationale".

Loi Immigration : une nouvelle allocation

En effet, le versement de certaines aides sociales serait lié au fait de justifier de cinq années de résidence localement. "Nous avons des valeurs républicaines et nous appliquerons cette loi, tempère Serge Rigal, président DVG du département du Lot. Même dans l’attribution de cette allocation, l’APA, Allocation Personnalisée d’Autonomie."

"Mais dans le département du Lot, et dans d’autres plutôt de gauche, nous voterons une allocation d’autonomie universelle, qui permettra de financer l’équivalent de l’APA, pour les personnes ne rentrant pas dans les critères de cette loi." Un contournement sans désobéissance civile.

 

 

"Notre ADN est la solidarité avant tout"

"Une société qui n’aide pas ses aînés ne se respecte pas, juge Serge Rigal, président DVG du département du Lot. Prenons un exemple concret pour mieux comprendre : on a dans le Sud-Ouest beaucoup de résidents anglais venus se retirer chez nous, qui recevraient un de leurs parents. S’il avait seulement trois ans et demi de présence, on ne pourra pas venir l’aider ?"

Et si des ressortissants étrangers font venir leurs parents vieillissants dans le département du Lot ? "Notre ADN est la solidarité avant tout, encore plus pour les personnes âgées. On ne doit pas toucher au handicap et aux aînés. Je donne rendez-vous dans deux ans, et on verra ce à quoi aura servi cette loi Immigration : rien."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"

L'info en continu
16H
15H
14H
11H
09H
07H
02H
23H
22H
Revenir
au direct

À Suivre
/