single.php

Législatives : un ex-proche de Valls veut un groupe parlementaire commun PS-FI

Par Benjamin Jeanjean

Sénateur du Val-de-Marne et maire d’Alfortville, Luc Carvounas a appelé ce vendredi à une union des futurs députés socialistes et insoumis à l’Assemblée nationale.

Thumbnail

Entre Jean-Luc Mélenchon et le Parti socialiste, les relations sont, on le sait, extrêmement tendues. Alors que le leader de la France Insoumise ne fait pas mystère de son intention de remplacer le PS comme porte-drapeau de la gauche française, ces législatives ont été une fois de plus le théâtre de frictions entre les deux formations. Pourtant, certains tentent encore de bâtir des ponts entre socialistes et insoumis, tel Luc Carvounas, le sénateur-maire d’Alfortville. Sur le plateau de franceinfo, ce dernier a ainsi confié son intention de voir les députés des deux formations siéger dans un groupe commun à l’Assemblée nationale.

"Il faudra qu'on travaille, qu'on retrouve le chemin du dialogue"

"Si je suis élu député, je lancerai un appel à tous les députés de gauche pour que nous siégions dans un intergroupe. Il faudra qu'on travaille, qu'on retrouve le chemin du dialogue. Si je suis cette voix à l'Assemblée nationale, je mettrai tout en œuvre, toute mon énergie pour rassembler un maximum de sensibilités pour que la gauche française se reconstruise", a déclaré le sénateur, qui se présente à la députation dans le Val-de-Marne. Ce dernier n’a par ailleurs pas épargné François Hollande, responsable selon lui de l’état actuel de la gauche. "On me disait que (François Hollande) était un grand stratège, que tout le monde était extrêmement intelligent là-haut à l'Élysée, à Matignon et à Solférino, et un collaborateur avec 260 000 clics a pris le pouvoir. Et dans quel état aujourd'hui est ma famille politique ?", a-t-il lancé.

"Je ne souhaite rien à Manuel Valls, ça ne me regarde plus"

Longtemps proche de Manuel Valls, qu’il n’a pas souhaité suivre dans son "exil" du Parti socialiste, Luc Carvounas n’a pas souhaité apporté son soutien à l’ancien Premier ministre, opposé au second tour à l’insoumise Farida Amrani. "Je ne souhaite rien à Manuel Valls, ça ne me regarde plus. Je ne suis pas électeur de cette circonscription. Je n'ai plus à répondre à une question sur quelqu'un qui a changé de route, qui a décidé de quitter sa famille politique", a-t-il éludé.

L'info en continu
07H
06H
23H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/