L'édito politique d'Arlette Chabot - "Ségolène Royal est très contente d'être virée"

Jusqu'alors ambassadrice des pôles, Ségolène Royal a été invitée par le Quai d'Orsay à cesser ces critiques à l'encontre du gouvernement. L'ancienne candidate à la présidentielle de 2007 a diffusé sur les réseaux sociaux ce courrier du Ministère, l'invitant à garder le silence. Mais il en faut plus pour faire taire l'ex-socialiste qui place déjà ses pions pour 2022.

L'édito politique d'Arlette Chabot

Retrouvez l'édito politique d'Arlette Chabot chaque mercredi à 7h20 sur sudradio.fr.

 

Ségolène Royal sera écartée et c'est tout sauf une surprise ?

"Vous savez, elle est tout sauf naïve, elle connaît les règles et savait qu'en tirant à boulets rouges sur la politique sociale du gouvernement, sur Emmanuel Macron et son virage à droite, qualifiant la réforme des retraites de "brutale, injuste et violente", en invitant le gouvernement à retirer le texte, tout cela allait finalement déclencher une réaction. Une lettre d'avertissement lui avait déjà été adressée dès janvier 2018 lui rappelant son devoir de réserve. Peine perdue pour le Ministère puisque les critiques sont allées crescendo : mauvaise gestion de la taxe carbone, de la crise des gilets jaunes, le recul sur les pesticides, la proximité du président de la République avec le "business mondialisé". Évidemment, elle est allé très loin. Le dernier avertissement avant licenciement a été prononcé il y a quelques jours par son ex-directrice de cabinet, Élisabeth Borne, aujourd'hui ministre du gouvernement - c'est la vie. Alors Ségolène Royal est-elle fâchée de quitter cette fonction d'ambassadrice des pôles ? On dira qu'elle ne s'est pas beaucoup investie. Effectivement, elle n'avait pas assisté aux réunions du conseil de l’Arctique. En réalité, elle est très contente d'être virée, c'est un véritable cadeau politique pour elle : elle gagne le titre d'opposante politique au président de la République. Certains diront qu'elle espérait entrer au gouvernement, être nommée à la Commission européenne peut-être. En tout cas, Ségolène Royal qui avait défendu Emmanuel Macron face à François Hollande, Manuel Valls et même contre le Parti Socialiste qu'elle ne trouvait pas de gauche, aujourd'hui, elle est déçue de l'actuel Président.

 

Finalement, Ségolène Royal est en piste pour 2022 ? Est-ce crédible ?

Évidemment que c'est crédible car, au fond, la seule chose qui l'intéresse, c'est de faire de la politique. À la question "serez-vous candidate en 2022 ?" elle répond "Et bien, pourquoi pas ?". Oui, pourquoi pas. Puisque à gauche, le PS a disparu, qu'il y a un large espace que les écologistes espèrent récupérer, ces thèmes de campagne de 2007 sont toujours assez tendances : la démocratie participative, l'ordre juste et l'écologie. Une chose est sûre, Ségolène Royal ne s'interdit rien et n'a peur de personne."