"Le rassemblement de la gauche est le seul moyen de l'emporter en avril" d'après Stéphane Troussel

Y aura-t-il une candidature unique issue d'une primaire à gauche ? Pour Stéphane Troussel, président PS du département de Seine Saint-Denis et membre du bureau national du PS, porte parole d'Anne Hidalgo, "L'union et le rassemblement sont le seul moyen pour pouvoir l'emporter en avril prochain". Il était l'invité du “petit déjeuner politique” le 20 décembre sur Sud Radio.

Stéphane Troussel, interviewé par Benjamin Glaise sur Sud Radio, le 20 décembre, dans "le petit déjeuner politique".

Campagne des présidentielles, éventuelle union de la gauche, montée du variant Omicron : Stéphane Troussel a répondu aux questions de Benjamin Glaise.

Stéphane Troussel : "Organisons une primaire ouverte, large, populaire à gauche !"

Stéphane Troussel, porte parole d'Anne Hidalgo, a cosigné une tribune dans le JDD appelant à une candidature unique à gauche via l'organisation d'une primaire ouverte. Mais l'appel d'Anne Hidalgo il y a 10 jours a obtenu une fin de non recevoir chez Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon. "Nous sommes des élus locaux à la tête d'exécutifs largement en situation de rassemblement et d'union de la gauche dans toutes ses composantes" explique le président du département de Seine-Saint-Denis. "Nous avons fait ce rassemblement, c'est ce qui nous a permis de continuer de gérer des collectivités locales et même d'en conquérir ! Nous savons que c'est le seul moyen de rassembler la gauche pour lui permettre de l'emporter. Il prend pour exemple le Chili, où le candidat de la gauche unie a connu selon lui une belle victoire. "Pour faire face aux défis devant nous, je suis favorable comme ces 1.500 élus locaux à l'union et au rassemblement". Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon "sont devant leurs responsabilités. Je ne me suis pas engagé en politique pour témoigner, mais pour changer la vie des gens. L'union et le rassemblement sont le seul moyen pour pouvoir l'emporter en avril prochain" martèle le porte-parole d'Anne Hidalgo, qui fait preuve selon lui de responsabilité en demandant ce rassemblement. "300.000 concitoyens se reconnaissent dans la gauche, organisons une primaire ouverte, large, populaire !"

Christiane Taubira peut-elle être cette personnalité ? Stéphane Troussel rappelle être engagé auprès d'Anne Hidalgo, qui est la candidate de sa famille politique. "Elle a rassemblé la gauche y compris à Paris. Je souhaite qu'elle puisse être celle qui rassemble la gauche. Christiane Taubira dit envisager être candidate, mais elle dit 'elle aussi', comme Anne Hidalgo. Elle va dans le même sens, elle veut rassembler". Christiane Taubira dit être favorable à la primaire populaire prévue fin janvier, une initiative collective de la société civile. "Anne Hidalgo a dit qu'elle était favorable à une primaire, le parti discute avec les organisateurs de cette primaire. Il n'y a rien d'indépassable dans les propositions des candidats de la gauche estime Stéphane Troussel. Ceux qui essaient d'insister sur les différences qui existent à gauche ne veulent pas le rassemblement. Christine Taubira a dit ne pas vouloir être une candidate de plus mais vouloir agir pour le rassemblement".

"J'étais favorable à une obligation vaccinale qui inclut, plutôt que ce pass vaccinal qui exclut"

Les restrictions se multiplient à travers le monde et en Europe pour tenter d'enrayer la montée du variant Omicron. Le gouvernement tente de faire évoluer le pass sanitaire en pass vaccinal. Le PS est favorable à cette obligation vaccinale. "Face au variant Omicron, les différents pays de l'Union européenne prennent des mesures chaque jour plus restrictives. Quand on voit la situation à l'hôpital, à l'évidence il y a besoin de mesures supplémentaires. Les élus locaux que nous sommes, sommes suspendus désormais à la conférence de presse qui suit le conseil de défense, c'est une difficulté ! déplore Stéphane Troussel. Après de longs mois de crise sanitaire, le gouvernement est toujours dans cette attitude de défiance or il devrait s'appuyer sur les élus locaux pour agir. On est en permanence en train de courir derrière l'organisation mais à chaque fois nous faisons face".

"Après ces bientôt 2 ans de situation sanitaire dégradée, c'est surtout les grandes inégalités en matière de santé. Les difficultés sont souvent calquées sur des inégalités sociales territoriales. J'étais favorable à une obligation vaccinale qui inclut, plutôt que ce pass vaccinal qui exclut". Le gouvernement manque de clarté, est-ce une forme déguisée d'obligation vaccinale ? "Il faut de la clarté dans les mots employés pour permettre la confiance chez nos concitoyens affirme Stéphane Troussel. Ça rajoute de la défiance, de l'inquiétude, de l'incertitude y compris de l'hésitation. L'infantilisation en permanence ne peut pas être une méthode vis-à-vis des Françaises et des Français".

 

 

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger, à retrouver du lundi au vendredi à 8h15 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !