single.php

La popularité de François Hollande en chute libre

Par Jérémy Jeantet

Le dernier tableau de bord Ifop-Fiducial pour Sud Radio et Paris Match montre une chute de 5 points du président de la République, à 16 % d'opinions favorables. Dans le même temps, Manuel Valls progresse de 6 points, à 34 %.

Thumbnail

L'effet de la sortie du livre Un président ne devrait pas dire ça... est très néfaste pour François Hollande. Dans le dernier tableau de bord politique Ifop-Fiducial pour Sud Radio et Paris Match de novembre 2016, le président de la République perd 5 points, tombant à 16 % d'opinions favorables. C'est son niveau le plus bas, qu'il avait déjà atteint en juin dernier.

Plus de la moitié des personnes interrogées, 53 %, n'approuvent pas du tout son action comme président de la République. De quoi obscurcir un peu plus son avenir politique et ses perspectives de briguer un nouveau mandat lors des présidentielles, l'an prochain.Même parmi les sympathisants socialistes, l'affaire semble mal engagée, puisque François Hollande n'y compte qu'une courte majorité de soutiens, (53 %), alors que le reste de la gauche semble lui avoir définitivement tourné le dos.Enfin, seules 37 % des personnes qui avaient voté pour lui au premier tour en 2012 déclarent aujourd'hui avoir une opinion positive de son bilan comme chef de l'Etat. Seules 12 % des personnes interrogées souhaitent sa réélection en 2017.

Manuel Valls progresse de 6 points

Dans le même temps, Manuel Valls surfe sur une dynamique opposée. Le Premier ministre progresse de 6 points, pour atteindre 34 % d'opinions positives. Même si ce score reste faible, il traduit plus de perspectives pour l'avenir. 45 % des personnes interrogées souhaitent qu'il joue un rôle plus important dans les prochaines années.Même au Parti socialiste, il obtient plus de crédit que François Hollande, avec 63 % d'opinions favorables.

L'opposition n'apparaît toujours pas crédibleMalgré la campagne des primaires de la droite qui a permis de mettre en lumière les propositions portées par les candidats à l'investiture des Républicains, l'opposition incarnée par celui qui sortira vainqueur de ce scrutin n'apparaît pas comme une hypothèse crédible et capable de redresser le pays. Même chose si cette opposition est incarnée par le Front national.23 % des personnes interrogées estiment que Les Républicains feraient mieux que la gauche s'ils étaient au pouvoir, alors que 54 % des personnes pensent qu'ils ne feraient ni mieux, ni moins bien.Pour ce qui est du Front national, 48 % des sondés pensent que le parti de Marine Le Pen ferait moins bien que la gauche s'il était aux manettes du pays, alors que 18 % pensent qu'ils feraient mieux.

Sondage réalisé par téléphone les 28 et 29 octobre 2016 auprès d'un échantillon de 1005 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus

L'info en continu
23H
22H
21H
20H
19H
17H
16H
14H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/