"Je dis aux éléphants du PS : laissez-nous faire, vous avez sabordé le parti !" clame Pierre Jouvet

Pierre Jouvet, porte-parole du PS et maire de Saint-Vallier, était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Pierre Jouvet, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 27 avril, dans "le petit déjeuner politique".

Une grande union de la gauche est-elle possible ? Pierre Jouvet, chargé de mener les négociations du PS avec les Insoumis pour les législatives, a répondu aux questions de Patrick Roger.

Pierre Jouvet : "Je dis aux éléphants du PS : laissez nous faire, vous avez sabordé le parti !"

"Si la gauche en est là aujourd'hui, c'est de la faute de qui ? interroge Pierre Jouvet. Qui a la responsabilité de l'échec de la gauche ? Qui a fait que la gauche qui était aux responsabilités, qui avait tous les pouvoirs, s'est retrouvée écroulée ? Ce n'est pas la responsabilité de ma génération ! Je dis aux éléphants : laissez-nous faire, vous avez sabordé le parti quand il était au plus haut niveau. Maintenant ça suffit, laissez-nous avancer !"

"On entend toujours les mêmes qui viennent rabâcher des inepties absolues déplore Pierre Jouvet. Et on ne voit pas cette génération présente dans les territoires, comme les maires de Marseille, Nantes, Rennes ou Nancy. Je sais que la plupart d'entre eux sont sur la ligne du rassemblement de la gauche et des écologistes pour les élections législatives. Pour apporter un projet d'alternance politique à gauche que les Françaises et les Français attendent".

"Le PS partage les mêmes valeurs que les Insoumis"

Pierre Jouvet est le négociateur en chef pour les législatives. C'est l'avenir du PS ou ce qu'il en reste qui se joue mercredi 27 avril, puisqu'il rencontre les Insoumis. Une grande union de la gauche Insoumis-écologistes-PS-PC est-ce possible ? "Le rassemblement est possible et nécessaire affirme Pierre Jouvet. Les partis n'ont jamais raison contre leurs électeurs et le résultat de l'élection présidentielle montre la volonté des Françaises et Français de gauche de voir la gauche rassemblée et travailler ensemble. C'est la ligne de conduite que je tiens, dictée par Olivier Faure et par un vote du Conseil national, le parlement du parti, qui a décidé de poursuivre les négociations avec l'ensemble des forces de gauche".

"Aujourd'hui, le paysage est très clarifié devant nous précise Pierre Jouvet. La droite est représentée par Emmanuel Macron, on voit d'ailleurs comment les LR sont divisés chez eux sur le sujet. On a une extrême droite incarnée par Marine Le Pen et Monsieur Zemmour. Et on a la gauche, où Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête de l'élection présidentielle" Il estime que le PS partage les mêmes valeurs que les Insoumis. "Les valeurs de transformations sociales, se battre pour améliorer la vie des gens". Il reconnaît toutefois des points de divergences, notamment sur l'Europe et la question internationale. "Nous aurons des débats et des discussions sur l'Europe. L'histoire de la gauche, c'est cette pluralité !"

 

"Un rassemblement n'est pas une soumission !"

Pour Pierre Jouvet, le PS a encore du poids pour pouvoir négocier. "On dirige 5 grandes régions françaises, 25 départements, plusieurs centaines de villes dont de très grandes villes rappelle-t-il. Bien souvent dans nos collectivités, on gère avec LFI. J'ai beaucoup plus de points communs avec LFI qu'avec Emmanuel Macron ! insiste-t-il. Ceux qui veulent continuer d'aller chez Emmanuel Macron, qu'ils le fassent ! Emmanuel Macron est le spécialiste du débauchage".

Les négociations se feront "avec les valeurs et les lignes qui sont les nôtres" assure Pierre Jouvet. "Je suis enthousiaste parce que depuis des jours qu'on sait que je discute avec LFI, je reçois un nombre considérable de gens de gauche qui me poussent à le faire. On a une occasion pour les législatives de le faire. Un rassemblement n'est pas une soumission !" tient-il à préciser. "On a toujours gagné quand la gauche était rassemblée".

 

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"