J.B. Lemoyne : "Si l'Aquarius ne peut pas aller jusqu'à Valence, peut-il aller en Corse ?"

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, était l'invité politique du Grand Matin Sud Radio.

La France n'a pas vocation, à l'heure actuelle, à accueillir l'Aquarius, ce bateau de migrants, affrété par l'ONG française SOS-Méditerranée, refusé par Malte, puis par l'Italie, à la demande du nouveau gouvernement populiste.

C'est le message délivré par Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, invité politique du Grand Matin Sud Radio.

Le droit international dit qu'il faut aller vers le port le plus sûr le plus proche. Le trajet jusqu'à la Corse est lui aussi assez long.

Pour lui, "il y a une proposition qui a été faite par l'Espagne, elle est en cours d'expertise, donc affaire à suivre". La proposition espagnole d'accueillir le bateau à Valence est encore à accueillir avec prudence, selon les dirigeants de l'ONG, le bateau n'ayant pas nécessairement les vivres suffisants pour effectuer une telle distance.

 

"Le droit international dit qu'il faut aller vers le port le plus sûr le plus proche, a ajouté Jean-Baptiste Lemoyne. Soit le bateau est capable d'aller en Espagne, soit il n'en est pas capable et il faut trouver le port le plus proche le plus sûr. La, ça se joue entre l'Italie et Malte (...) Le trajet jusqu'à la Corse est lui aussi assez long. S'il n'est pas capable d'aller jusqu'à Valence, peut-il aller en Corse ?"

Au-delà de ce cas particulier, la question doit être gérée de façon européenne, avec de vraies réponses et une gestion le plus en amont possible

Pour autant, si une mobilisation française pour aider les migrants de l'Aquarius ne semble pas à l'ordre du jour, Jean-Baptiste Lemoyne a défendu l'action de la France pour "traiter les problèmes à la racine".

"Au-delà de ce cas particulier, la question doit être gérée de façon européenne, avec de vraies réponses et une gestion le plus en amont possible, a expliqué le secrétaire d'État. C'est le sens des propositions d'Emmanuel Macron. La France a mis en place des missions, notamment au Niger, pour identifier les personnes recevables au droit d'asile, pour leur éviter ce trajet de la mort. En plus, il faut une aide accrue au développement pour créer des entreprises dans les pays subsahariens. C'est comme ça qu'il faut gérer ce type de situations. La France est aussi à la manœuvre pour stabiliser la situation en Libye. On a accueilli les protagonistes de la scène libyenne pour avoir un pays stable, on s'y emploie."

Jean-Guy Talamoni prend une position, n'étant pas aux responsabilités, qui est facile. Tout le monde réagit à chaud, c'est le concours Lépine

Et Jean-Baptiste Lemoyne d'ajouter : "Nous sommes en initiative pour régler les problèmes, les situations, à la racine, aux causes (...) La France prend plus que sa part au sens où elle est engagée en Libye pour stabiliser, où nous nous sommes engagés pour accueillir, sur 10 ans, 10 000 personnes éligibles au droit d'asile, directement dans les pays de transit pour éviter cette traversée de la mort. La France n'est pas inerte."

 

Interrogé sur la proposition de Jean-Guy Talamoni, président nationaliste de l'Assemblée de Corse, d'accueillir l'Aquarius, Jean-Baptiste Lemoyne a dénoncé "une position facile" : "Il prend une position, n'étant pas aux responsabilités, qui est facile (...) Tout le monde réagit à chaud, c'est le concours Lépine. On s'emploie, c'est la marque de fabrique d'Emmanuel Macron, à être dans le traitement des problèmes à la racine. Ce sont des jeunes femmes et hommes qui ne voient pas d'avenir dans leur pays et pour lesquels il faut qu'on crée les conditions de cet avenir. Il faut aider ces pays, former des bataillons d'enseignants, accompagner sur la formation professionnelle et créer des opportunités."

Écoutez l'interview de Jean-Baptiste Lemoyne, invité politique du Grand Matin Sud Radio, présenté par Patrick Roger et Sophie Gaillard

 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio