single.php

Jacques Bompard : "En France, quand on applique la loi, on est sujet à la critique"

Par Mathieu D'Hondt

Dimanche dernier lors du second tour de la présidentielle, une femme a dû retirer son voile pour pouvoir voter dans un bureau de vote de la ville d'Orange (Vaucluse). L'intéressée aurait depuis fait part de son intention de déposer plainte. Le maire de la ville, Jacques Bompart, s'est expliqué ce jeudi au micro de Sud Radio.

Thumbnail

Dimanche dernier lors du second tour de la présidentielle, une femme a dû retirer son voile pour pouvoir voter dans un bureau de vote de la ville d'Orange (Vaucluse). L'intéressée aurait depuis fait part de son intention de déposer plainte. Le président du bureau de vote, qui est par ailleurs l’adjoint à la sécurité de la municipalité, aurait dit à cette femme "c’est la loi vous devez retirer votre voile, sinon vous ne votez pas". Joint par téléphone par Dimitri Pavlenko, le maire de la commune s'explique.

Bonjour Jacques Bompard, vous êtes député-maire d’Orange, fondateur de la Ligue du sud. C’est dans votre commune qu’a eu lieu cette histoire. Pouvez-vous nous dire ce qui s'est passé concrètement dans ce bureau de vote ?

D’après ce que je sais, le président du bureau a appliqué la loi et, en France, quand on applique la loi, on est sujet à la critique. Une candidate (voilée) s'est présentée avec une carte d’identité sur laquelle elle avait les cheveux lâchés comme la loi le prévoit, car sur les photos d’identité, on nous demande d’être décoiffé, de ne pas avoir de lunettes et vous ne pouvez même pas avoir de boucles d’oreille. En regardant la photo, il ne la reconnaît pas. Il lui demande donc très poliment de se dévoiler. Elle le fait, elle vote, elle s’en va et puis après elle revient avec sa fille et fait un scandale.

Peut-être que votre président de bureau de vote a un peu surinterprété la loi parce que le Conseil constitutionnel disait très clairement, en janvier, qu’un voile encadrant le visage n’empêche pas le contrôle de l’identité de l’électeur. On a donc le droit de garder son voile dans un bureau de vote en France. Est-ce donc un excès de zèle ?

Il est bien évident que si la photo de la carte d’identité présentait cette femme voilée, le président du bureau de vote ne lui aurait pas demandé de se dévoiler. Mais elle n’était pas conforme à sa photo d’identité.

D'accord, mais imaginons qu’une femme porte de grandes boucles d’oreille, vous ne lui demanderiez pas de les retirer parce qu’elle ne les porte pas sur sa carte d’identité. Même chose pour un homme qui s’est laissé pousser la moustache, vous ne lui demanderiez pas de se la raser sous prétexte qu’il ne l’a pas sur la photo de la carte d’identité, si ?

Si vous reconnaissez la personne c’est une chose, si vous ne la reconnaissez pas c’en est une autre. Sinon, pourquoi demander une carte d’identité si on ne peut pas vérifier l’identité à partir de la photo ? Est-ce que la loi dit qu’il est interdit de se dévoiler pour être conforme à la photo d’identité ? Il ne faut pas renverser les valeurs. Ou bien alors qu’on dise carrément que l’on est un pays soumis aux lois de l’islam et que nos coutumes doivent se plier aux coutumes islamiques. C’est ça le fond du problème.

Vous dites "valeur", alors que cette femme vous répond "la loi", car selon la loi, un bureau de vote, à la différence des administrations publiques ou d’une école, n’est pas un lieu où le voile est interdit.

Vous ne voulez pas entendre, le problème est simple. La photo d’identité est faite pour que l’on puisse vérifier l’identité. Si le président du bureau de vote estime qu’il ne peut pas contrôler l’identité de la personne, il a le devoir, et non pas le droit, de demander à la personne qu’elle se mette en conformité avec cette photo.

Vous dites que vous êtes "victime d’une cabale" dans cette affaire, que c’est "une fake news" car la femme n’aurait pas porté plainte ?

Le problème, c’est que dès qu’on défend la France et ses traditions dans ce pays, on est voué aux Gémonies et ça me scandalise parce que c’est une inversion totale des valeurs. Et on en a les résultats, l’insécurité qui explose, le chômage aussi, tout ça c’est le résultat d’une inversion des valeurs (…) Les grands médias y participent comme s’ils avaient un intérêt personnel. Normalement, ces grands médias, tout comme les petits d’ailleurs, devraient avoir comme souci le bien commun, donc le bien de tous et non pas celui d’une femme qui ne veut pas se dévoiler pour que l'on voit si elle est conforme à sa photo d’identité.

L'info en continu
21H
20H
19H
18H
17H
15H
14H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/