J-L. Moudenc: "Si LR devenait la droite dure avec Wauquiez, il se priverait de victoires électorales"

Jean-Luc Moudenc (Maire LR de Toulouse et président de l'association "France urbaine") était ce mercredi l'invité politique de Patrick Roger dans le Grand Matin Sud Radio.

Thumbnail

Alors que la victoire de Laurent Wauquiez lors des prochaines élections pour la présidence du parti LR ne fait plus aucun doute, certaines voix, à droite, s'élèvent déjà contre le risque de voir la formation héritière de l'UMP s'aligner sur la ligne dure de l'ancien ministre. C'est le cas notamment de Jean-Luc Moudenc qui a mis en garde les Républicains.

"Si on ne veut pas de nous, on ne pourra pas rester"

Invité politique du Grand Matin Sud Radio ce mercredi, le maire de Toulouse (Haute-Garonne) a ainsi lancé un avertissement. Laurent Wauquiez, "ce n'est pas ma ligne politique, je suis un centriste démocrate-chrétien et européen (...), la question, c'est de savoir si M. Wauquiez envisage sa probable victoire comme la possibilité pour lui d'imposer sa ligne politique et en quelque sorte de fermer le débat une fois élu, j'attends de voir", déclare-t-il

"Si l'UMP devenue LR devait être le parti de la droite dure, de la droite très droitière (avec Wauquiez), il s'amputerait de manière durable d'une partie de l'électorat et se priverait de perspective de victoires électorales pour l'avenir", poursuit-il. Le parti se priverait-il également de certains élus dont il fait partie ? "Effectivement, si on ne veut pas de nous, il est certain que l'on ne pourra pas rester", acquiesce-t-il. Jean-Luc Moudenc ne jette pas pour autant la pierre à l'ancien maire de Troyes. "Jusqu'à maintenant, il faut être juste, ce n'est pas le langage que tient Laurent Wauquiez. Je pense qu'il est suffisamment intelligent pour savoir tout cela. La question est de savoir si on peut - selon l'inspiration qui avait créé l'UMP - rassembler dans une même maison des sensibilités très différentes qui vont de la droite conservatrice jusqu'au centre droit", affirme-t-il.

Conscient de la nécessité de "refonder la famille de la droite et du centre" avec "la volonté" d'y mettre des "sensibilités différentes", il considère que "si Wauquiez est président et qu'il a la volonté réelle et sincère de créer un rassemblement qui fonctionne bien et qui soit respectueux, il saura, au fil du temps, rassembler ces sensibilités".

>> L'intégralité de la chronique est disponible en podcast