Guillaume Garot : "Le gouvernement est resté sourd de son oreille gauche"

Guillaume Garot, député PS de la Mayenne
Guillaume Garot, député PS de la Mayenne

Guillaume Garot, député PS de la Mayenne, invité du Grand Matin Sud Radio, indique faire partie "des déçus des premiers mois d'Emmanuel Macron".

Selon lui, la balance penche trop à droite. Invité du Grand Matin Sud Radio, présenté par Patrick Roger et Sophie Gaillard, Guillaume Garot, député PS de la Mayenne, a fait part de sa déception sur les premiers mois à l'Élysée d'Emmanuel Macron.

 

"J'avais compris, durant la campagne présidentielle, qu'on allait faire de la politique autrement, écouter les uns et les autres. J'ai l'impression que le gouvernement est resté sourd de son oreille gauche. Pour faire avancer la France, il n’y aura pas de réussite du quinquennat sans justice sociale, sans justice fiscale. Ce n’est pas le chemin qui est pris aujourd’hui et je dis attention, il peut y avoir des risques de craquement dans la société française et il faut que le président de la République en soit conscient", prévient Guillaume Garot.

En cause, selon lui, "la diminution des APL", "les contrats aidés", "la politique fiscale"... "On nous dit qu'on va diminuer la taxe d'habitation, très bien, mais en même temps, on nous prépare une diminution de l’impôt sur la fortune qui concerna uniquement 300 000 Français. Le déséquilibre, l’injustice, elle est là. Il faut faire attention à ce que les Français ne se disent pas que ce gouvernement est dans l’injustice. S'il y a injustice, il n'y aura pas d'avancée, pas de transformation possible", prédit le député socialiste de la Mayenne.

Même chose pour la réforme du code du travail, qui, selon lui, apporte "beaucoup de facilités pour les uns et beaucoup de précarité pour les autres". Autant d'éléments qui font dire à Guillaume Garot qu'il fait partie "des déçus de ces premiers mois d'Emmanuel Macron, parce que je considère qu'on n'est pas au rendez-vous des promesses et de l'idée qu'on s'était faite du programme."

Toutes ces critiques ne suffisent pas, toutefois, à faire oublier les échecs du quinquennat précédent, socialiste, et les déconvenues subies par le PS aux dernières élections présidentielle et législatives. "C'est difficile aujourd'hui, il ne faut pas le nier, reconnaît Guillaume Garot. Nous avons pris une très lourde défaite dans la figure, mais sur le terrain, le PS continue d'exister parce qu'il y a des militants, des élus locaux. On avait trop tendance à définir le PS par ce qu'il n'était pas. Le moment est venu de définir positivement ce qu'est l'idéal socialiste. Je suis de la gauche réformiste, je suis un Européen, je suis aussi attaché à l'écologie. Autour de ce triptyque, je crois qu'on peut reconstruire une force politique."

Écoutez l'interview de Guillaume Garot, député PS de la Mayenne et invité du Grand Matin Sud Radio, présenté par Patrick Roger et Sophie Gaillard

 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

A lire aussi
Les rubriques Sudradio