Emmanuel Macron à Marseille : "D’autres territoires sont en souffrance et pas simplement les grandes villes"

Le maire PCF de La Grand-Combe dans le Gard (30) a interpellé Emmanuel Macron pour défendre la ruralité. Patrick Malavieille était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 3 septembre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Un maire du Gard rappelle à Emmanuel Macron qu'il n'y a pas que les grandes vllles qui souffrent. (Ludovic Marin - Pool/AFP)

Patrick Malavieille : "Il y a des choses à faire dans la ruralité"

Les métropoles font de l’ombre au monde rural, et un maire du Gard veut le faire savoir.
Patrick Malavieille, maire PCF de La Grand-Combe dans le Gard (30) profite du fait que le président de la République soit à Marseille pour lui demander de venir dans le Gard. "Les Cévennes, c’est une belle région. Ce sont aussi de bons produits. Nous lui proposons une bonne omelette aux cèpes, un bon fromage de chèvre avec du rouge. Le menu est alléchant."

A-t-il lancé une invitation officielle au locataire de l’Élysée ? "On a utilisé les réseaux sociaux et fait un courrier un peu plus formel à la présidence de la République. Sa venue à Marseille et ses propositions sont intéressantes. Mais nous sommes quelques maires à penser que d’autres territoires sont en souffrance et pas simplement les grandes villes. Il y a des choses à faire dans la ruralité."

Patrick Malavieille : "On ne refait pas la bataille de la campagne contre la ville"

Le sujet était déjà apparu lors de la crise des Gilets Jaunes. Que veut-il demander au Président ? "Le monde rural a besoin de la présence de services publics. Je pense au Trésor public, aux perceptions. Nous en avons dans le bassin d’Alès trois menacées de fermeture. Ce serait bien de repousser ces fermetures et de les maintenir. Nous avons aussi à l’autre bout du département un centre hospitalier avec un projet d’installer un pôle pour adultes handicapés vieillissant. On aimerait bien que l’ARS se positionne à ce sujet."

"À la Grand-Combe qui est une ancienne ville minière, poursuit le maire, d’anciennes infrastructures liés à l’exploration charbonnière ne sont pas prises en compte par l’État. On aimerait qu’il fasse jouer la solidarité nationale. Nous avons beaucoup de demandes." Qu’est-ce qui peut faire vivre la région ? "Nous avons mis en place un parc régional d’activités économiques avec la région Occitanie. Mais moins il y a de services, moins les gens vont s’implanter. On ne peut pas d’un côté ouvrir un centre d’insertion par l’emploi et de l’autre fermer la perception et ne pas donner plus à l’hôpital. On ne refait pas la bataille de la campagne contre la ville, mais il faut une meilleure perception de la situation dans les territoires ruraux."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !