Élisabeth Lévy : "Poutine redonne de la légitimité à l'OTAN"

Crise en Ukraine remet le rôle de l'OTAN sur le devant de la scène, Elisabeth Levy en dit plus sur son rôle en 2022.

L'OTAN dans la crise Ukrainienne
EDITORS NOTE: Graphic content / An Ukrainian military medic (C) approaches the bodies of Russian servicemen wearing a Ukranian service uniform lying beside and inside a vehicle after they from a raiding party were shot during a skirmish in the Ukrainian capital of Kyiv on February 25, 2022. - Russian forces are approaching Kyiv from the north and northeast, Ukraine's army said, with rising fears the capital could fall on the second day of Moscow's offensive. (Photo by Sergei SUPINSKY / AFP)

La crise ukrainienne remet l’OTAN sur le devant de la scène

Il faut rappeler que l'OTAN c'est l'Alliance militaire défensive dominée par les US créée en 1949, au début de la guerre froide pour protéger l’Europe de l’ouest contre la menace soviétique. C'est ce qu'on appelle le parapluie américain. C'est dans le fond la maétérialisation et l'incarnation militaire de l'Occident.

L'article 5 du traité Atlantique nord, qui créé l'OTAN dit que : toute attaque contre un pays-membre entraîne une riposte des autres. L'OTAN n'a pas de troupes en propre mais des contingents mis à disposition par les Etats-membres.

Dans l'Alliance, les seuls pays européens à posséder une force de frappe nucléaire, ce sont la Grande-Bretagne et la France.

A la fin de l’URSS, en 1991, l'OTAN semblait avoir perdu sa raison d’être. Elle s’est discréditée en 1999 en bombardant la Serbie, au mépris des traités, en prétextant un génocide fantôme au Kosovo. Elle s'est ensuite engagée dans une périlleuse guerre contre le terrorisme, notamment en Afghanistan, qui s’est finie dans le désastre que l’on sait. 

Plusieurs pays de l’ex-bloc de l’Est ont intégré l’OTAN, après 1991. La Pologne et la République Tchèque en 1999, les pays baltes et la Roumanie en 2004. Ça a  accentué le sentiment obsidional de la Russie, mais fallait-il les laisser se débrouiller avec un voisin qui leur avait laissé de forts mauvais souvenirs? En revanche, il y a eu un engagement des Occidentaux à ne pas intégrer l’Ukraine. Sinon, nous serions en guerre aujourd’hui. 

Mais à quoi sert l’OTAN aujourd’hui ? 

Le paradoxe c'est que Poutine lui redonne une légitimité. OTAN a convoqué un sommet aujourd’hui à Bruwelles et envisage d’envoyer des troupes en Roumanie. 

Pourquoi ? Nous sommes en plein retour de la Guerre froide (même rhétorique sur les pays frères, ce qui signifie vassaux, même impérialisme de l'adversaire). L’URSS était la continuation de l’empire tsariste. On a quand même l'impression que la Russie poutinienne c'est la poursuite de l’URSS. 

Cependant, l'OTAN est un révélateur de la vassalisation européenne en matière de défense. Les Européens ont renoncé à la puissance. Ils râlent de la domination américaine mais pleurnichent quand les américains semblent tentés de se désengager. Surtout, ils se gardent bien d’affecter à leur défense les budgets nécessaires. 

Ne fantasmons pas sur l'idée d'une armée européenne. L’armée comme la puissance, c'est un attribut national. Mais on voit mal pourquoi 75 ans après 1945, l’Amérique devrait garantir notre sécurité. En théorie, une alliance militaire européenne (format OTAN, c'est-à-dire traiter avec possibilité de fournir des contingents)  pourrait assurer la défense de l’Europe. Mais nous avons voulu croire que l’Histoire était finie. Ce qui s’avère être une dangereuse chimère. 

 

Tous les éditos d'Élisabeth Lévy