Budget record pour les Armées : "Le soldat Ryan ne viendra plus jamais mourir sur les plages de France"

Le Général Vincent Desportes, ancien directeur de l’École de guerre et professeur associé à Sciences Po, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, à 8h10, dans "C'est à la une".

Le Général Vincent Desportes, ancien directeur de l’École de guerre et professeur associé à Sciences Po, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, à 8h10, dans "C'est à la une".

Le budget record des Armées est-il une priorité en temps de crise ? En trois ans, il n’a cessé d’augmenter.  "Il a été augmenté de 1,17% par an depuis 2018, on est passé de 36 à 40 milliards d’euros", précise le Général Vincent Desportes, ancien directeur de l’École de guerre et professeur associé à Sciences Po.

 

Une situation déplorable en 2017

Pourquoi ces augmentations ? " Elles sont régulières. On observe que le gouvernement tient les promesse faite en 2017 par le président Macron. Quand il arrive aux affaires, il y a la tentation, comme les autres présidents, de couper dans le budget des armées. Mais il comprend qu’elles sont dans une situation assez déplorable : pas un avion sur deux pouvant décoller, moins d’un hélicoptère sur trois, un bateau sur deux ne pouvant pas prendre la mer…"

"Il comprend que ce n’est pas raisonnable. À un moment où les tensions s’accroissent dans le monde, et alors que les Etats-Unis ne sont pas en mesure de nous défendre, il faut que la France retrouve une armée à la hauteur des menaces et de la place qu’elle entend avoir dans le monde. On est dans la loi de programmation militaire de 2018, et c’est bien !"

 

Défendre l'Europe en défendant la France

"Sous le président Sarkozy, rappelle le Général Desportes, un quart des moyens de la défense étaient supprimés. La même chose était prévue sous le président Hollande, mais la crise de 2015 a stoppé cette tendance baissière qui durait depuis les années 90. Ces fameux dividendes de la paix. Nous sommes au contraire dans une période de tension maximum, à un moment où la puissance recommence hélas à jouer un rôle important dans les relations internationales. Il faut que la France retrouve son autonomie de défense et persuade l’Europe. Il est normal que la France fasse cela, elle est dans son rôle, dans le monde et pour l’Europe."

L’idée d’une défense européenne est-elle encore d’actualité ? "La situation est déplorable, il faut avancer, estime l’ancien directeur de l’École de guerre. Aujourd’hui, l’Europe pense être défendue par les États-Unis, qui a des intérêts de plus en plus divergents. Le soldat Ryan ne viendra plus jamais mourir sur les plages de France. Il faut donc que l’Europe soit capable de se défendre, et la France joue un rôle tout-à-fait important. Il faut arriver à construire une défense de l’Europe, par l’Europe et pour l’Europe. On sait bien qu’une partie de la défense de l’Europe, c’est la défense française. La France au Sahel défend la France, mais tout autant l’Europe, bien sûr."

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !