Au QG du Rassemblement national, ambiance festive après les résultats

Des militants RN lors de l'annonce des résultats
Des militants RN lors de l'annonce des résultats - Bertrand GUAY / AFP

La stratégie de Marine Le Pen de faire de ce scrutin un vote anti-Macron s'est montrée payante dans les urnes : la liste du Rassemblement national arrive en tête de ces élections européennes avec 23,31 % des voix. Au quartier général du RN dans le XVe arrondissement de Paris, l'ambiance était festive après les résultats.

Reportage Sud Radio de Mathilde Choin

Drapeaux tricolores dans les mains, les yeux rivés vers les écrans de télé, les militants lancent le compte à rebours avant d'exulter: le Rassemblement national et Jordan Bardella en tête, La République en Marche et Nathalie Loiseau en seconde position avec 22,41%. Pour Alain, c'est surtout la preuve de l'échec de la politique d'Emmanuel Macron: "Tout ce qui s'est passé depuis deux, c'est pas normal ! Faut avoir un peu d'humilité. Quand les gens sont sincères sur leurs idées, on n'a pas le droit de leur dire qu'ils sont mauvais. Et c'est pas parce qu'on ne pense pas comme eux qu'on est cons !"

Dans une ambiance discothèque, au milieu de palmiers et d'éléphants en carton pâte, Mivia fête la victoire avec ses amies, convaincue que son parti a de belles années devant lui: "surtout avec une tête de liste comme on a, Jordan Bardella, je pense qu'il a convaincu plus d'un jeune par sa carrure, par son intelligence et par ses convictions. Je pense que beaucoup de jeunes se sont ralliés à nous en voyant que quelqu'un comme lui pouvait conduire une liste comme la notre".

Au milieu de la salle transformée en piste de danse, Christian, en sueur, savoure: Originaire d'Afrique, il est au Rassemblement national depuis 30 ans: "ça fait six mois que je prie pour que ce jour là arrive. Il est arrivé pour la France. C'est la première victoire du peuple ! 30 ans de combat, et je suis heureux de rendre la France aux Françaises et aux Français." Des militants qui voient surtout dans cette victoire un grand pas de franchi pour la présidentielle de 2022

Elles espéraient un score encore plus important mais  ces adhérentes du Rassemblement National ne boudent pas leur plaisir: "La raclée ! Je suis très contente. Il fallait donner une raclée à Macron, mais elle n'est pas assez grande. J'espère qu'il va se calmer, un peu." Guy le retraité de la fonction publique est lui aussi venu passer la soirée à la fédération RN des Bouches du Rhône et il ne croit pas du tout au changement de cap pour la suite du quinquennat: "Les gilets jaunes manifestent depuis six mois, et on continue ! Il y a quelque-chose qui ne va pas". Ce quelque chose s’appelle Emmanuel Macron et les français lui font payer l’addition assure le sénateur marseillais du Rassemblement national, Stéphane Ravier: "Cela fait quand-même deux ans qu'il insulte les Français ! Deux ans qu'il leur met des coups de trique fiscale, économique, migratoire. Il nous a infligé son grand monologue pendant des mois. Il y a cette France qui souffre, cette France méprisée. Les Français ont saisi cette occasion pour faire savoir que ça suffisait, mais c'est vers le Rassemblement national qu'ils se sont massivement reportés." Comme Marine Le Pen, le conseiller régional  Jean-François Luc demande la dissolution de l’Assemblée nationale: "Evidemment, le retour à la proportionnelle et puis une dissolution pour que l'Assemblée nationale reflète enfin l'opinion de la population". Les six départements de la région Paca ont tous placés le RN en tête.

Les rubriques Sudradio