Après l'agression de Champigny, Lydia Guirous demande le retour des peines planchers

Lydia Guirous, porte-parole des Républicains, était l'invitée politique du Grand Matin Sud Radio.

Thumbnail

Après l'agression de deux policiers pendant la nuit de la Saint-Sylvestre à Champigny-sur-Marne, le débat sur les peines planchers a fait son retour sur la scène politique.

Invitée du Grand Matin Sud Radio, Lydia Guirous a plaidé pour le retour du système adopté sous la présidence Sarkozy et supprimé pendant le quinquennat Hollande.

"Les peines planchers fonctionnent, il faut les remettre, a lancé la porte-parole des Républicains. Elles ont été supprimées par Christiane Taubira, je pense que c'est une erreur."

Une adaptation de l'arsenal judiciaire qui doit s'accompagner d'une hausse des moyens pour que la peur change de camp : "L'autorité de l'État n'existe plus dans certains quartiers où un sentiment d'impunité prédomine. La peur est du côté de la police qui manque de moyens. Ce sentiment d'impunité doit être brisé."

Pour Lydia Guirous, il s'agit aussi de faire en sorte que les peines prononcées soit toutes appliquées, ce qui est loin d'être le cas aujourd'hui. "Les peines sont exécutées quand il y a de la place dans les prisons. Nous souhaitons que le programme initié par Nicolas Sarkozy pour construire des prisons et créer 20 000 places, stoppé par François Hollande, soit relancé. Ça me semble indispensable", a lancé Lydia Guirous.

Surtout, face à la gravité de la situation qu'elle dépeint, Lydia Guirous ne juge pas l'exécutif, tant le président de la République que le ministre de l'Intérieur, à la hauteur des enjeux. "Il y a beaucoup de paroles. L'exécutif fait toujours de beaux discours suivis de rétropédalages qui mènent à l'inaction. C'est le gouvernement de l'illusion", a-t-elle dénoncé, évoquant un Gérard Collomb qui "ne prend pas la mesure de la situation" et un Emmanuel Macron qui, sur ce sujet comme sur d'autres, dont l'ISF, entretient l'ambiguïté : "L'ISF n'a pas été entièrement supprimée, simplement en partie. C'est encore le grand flou Macron. Après le président mou Hollande, nous avons le président du grand flou."

Écoutez l'interview de Lydia Guirous, invitée du Grand Matin Sud Radio, présenté par Philippe Verdier et Sophie Gaillard