Parlons Vrai chez Bourdin - Retraites : Patrick Vignal ne votera pas le texte en l'état

Pourquoi Patrick Vignal, député Renaissance de l’Hérault, ne votera-t-il pas le texte de la réforme des retraites en l'état ? Il était l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio le 18 janvier dans "Parlons Vrai chez Bourdin".

Patrick Vignal retraites
Patrick Vignal, député Renaissance de l'Hérault, invité de Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio le 18 janvier.

La majorité sera-t-elle unie à l’Assemblée dans le cadre du vote de la réforme des retraites ? Des députés sont prêts à ne pas voter la réforme en l'état.

Patrick Vignal - retraites : "Je ne voterai pas cette réforme en l'état"

Lundi 16 janvier, Barbara Pompili, députée Renaissance de la Somme et ancienne ministre de la Transition écologique de 2020 à mai 2022, a étonné. Elle ne votera pas ce texte "à ce stade" car il comporte des "injustices sociales". Pour celle qui a fondé "En Commun", "le choix de repousser l'âge de départ à la retraite nécessite en face des mesures réparatrices très ambitieuses". Mireille Clapot, Stella Dupont et Cécile Rilhac, députées LREM et membres de "En Commun", ont annoncé être solidaires de la position de Barbara Pompili.

Patrick Vignal se pose aussi des questions. S'il affirme qu'il "faut cette réforme car on le doit aux jeunes générations", "en l'état, je ne voterai pas cette réforme des retraites", confirme le député. D'autres députés Renaissance suivront-ils  ? "J'ai envie de dire à mes collègues d'arrêter de faire du off. S'ils pensent comme moi qu'il faut l'améliorer, il faut qu'ils le disent". Le député Renaissance, qui estime qu'il y a "tous les outils" dans cette réforme, demande plus de consensus et de compromis. "Enfin un Playmobil qui sort du rang !", estime un auditeur.

"Je demande une contribution spéciale payée par les plus riches"

Patrick Vignal souhaite que le système de retraites soit bénéficiaire et demande une contribution spéciale payée par les plus riches. "Il y a eu 80 milliards de dividendes", rappelle le député. "Ceux qui ont le plus pourraient nous aider passagèrement, on le doit à la France". Il dénonce " le chacun pour soi et le sauve-qui-peut" et veut créer "le chacun pour tous !" "J'aime les riches, les entreprises, souligne-t-il. Ce ne sont pas les politiques qui créent de l'emploi mais les entreprises. Mais donnez-nous 2 ou 3% qui permettront d'aider ceux qui ont le moins".  "2% de plus pour quelqu'un qui a beaucoup d'argent comptera pour celui à qui il manque un euro à la fin du mois".

 

Prenez la parole en appelant le 0 826 300 300

Retrouvez "Parlons Vrai chez Bourdin" du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio et en podcast.

Cliquez ici pour retrouver l’intégralité de  “Parlons Vrai chez Bourdin”