"Parlons Vrai chez Bourdin" : "L'ambition n'est pas de plonger la France dans le noir"

Polémique de la Tour Séquoia à La Défense : quelle réglementation en vigueur pour limiter ce gaspillage d’énergie la nuit ? Marc Le Quenven était l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio le 6 septembre dans "Parlons Vrai chez Bourdin". Christophe Galtier, l’entraîneur du PSG, ironise sur les voyages de ses joueurs en jets privés et crée la polémique.

Bourdin Zaporijia
"Parlons Vrai chez Bourdin" du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio et en podcast.

"Parlons Vrai chez Bourdin" : Anne-Marie Ducroux, porte-parole de l'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturne (ANPCEN) et Kevin, qui pratique le parkour, collectif "On the Sport" qui éteint les lumières des magasins pendant la nuit, ont répondu aux questions de Jean-Jacques Bourdin. 

"Parlons Vrai chez Bourdin" - pollution lumineuse : "Cette année il y a une prise de conscience "

Kevin pratique le "parkour", sport utilitaire basé sur la capacité à se mouvoir efficacement notamment dans un environnement urbain. Dans ce cadre, il éteint les lumières de magasins la nuit dans Paris. "On opère de 1h à 6h du mat, durant la plage où la loi indique que les lumières doivent être éteintes. Pour éteindre ces lumières, on atteint l'interrupteur pompier situé à plus de 2,50 m de haut explique-t-il. Il est à la base destiné pour les pompiers pour éteindre ces enseignes en cas de départ de feu. Ces interrupteurs peuvent être rallumés le lendemain par les commerçants" souligne-t-il.

"C'est un geste citoyen d'utiliser le sport au service de la bonne cause pour sensibiliser les gens sur les sujets de sobriété énergétique. Pour que tout le monde puisse s'approprier le sujet et mener des actions à leur échelle. Éteindre les lumières en partant de chez eux ou en sortant du bureau". "On a été interpellés par la police à plusieurs reprises mais ils nous ont laissé faire ! On a pris le temps de leur expliquer et on ne dégrade rien : on ne le fait pas si ça dégrade la vitrine, si ça remplace l'éclairage public ou si ce sont des choses d'utilité publique". "Il y avait beaucoup de magasins éclairés encore l'an dernier. Cette année il y a une prise de conscience" se réjouit Kevin.

"L'ambition n'est pas de plonger la France dans le noir"

Anne-Marie Ducroux rappelle que "les règles sont différentes pour chaque source lumineuse. Pour les locaux professionnels, la règle est d'éteindre une heure après la fin d'occupation des locaux au plus tard. Pour l'éclairage de façade, c'est à 1h du matin au plus tard. Mais ces règles, qui ont 10 ans d'âge, sont insuffisamment respectées. Il n'y a malheureusement aucun contrôle de la part des collectivités et de l'État. L'État et le maire doivent éteindre pour leur propre bâtiment et ont la responsabilité de l'application du texte pour tous les acteurs".

"On a une expertise sur le sujet depuis plus de 20 ans souligne Anne-Marie Ducroux. L' ambition n'est pas de plonger la France dans le noir. On doit d'abord répondre aux vrais besoins des habitants de déplacement et de sécurité. On est dans une situation de suréquipement et de suréclairage. Sur 11 millions de points lumineux du seul éclairage public, on a augmenté de 94% la quantité de lumière émise la nuit pour le seul éclairage public. Pour l'éclairage public, plus de 12.000 communes pratiquent l'extinction en milieu de nuit. Elles réduisent immédiatement les impacts de la pollution lumineuse et elles économisent sur le gaspillage énergétique".

 

 

Prenez la parole en appelant le  0 826 300 300

Retrouvez "Parlons Vrai chez Bourdin" du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio et en podcast.

Cliquez ici pour retrouver l’intégralité de  “Parlons Vrai chez Bourdin”