Sébastien Boussois : "dans l'esprit des politiques, le terrorisme et le changement climatique ne sont pas des menaces de même ampleur"

Sébastien Boussois, docteur en sciences politiques, chercheur sur le Moyen-Orient en relations euro-arabes et terrorisme et radicalisation, enseignant en relations internationales, collaborateur scientifique du CECID (Université Libre de Bruxelles) et auteur du livre "Les nouvelles menaces mondiales. La grande pandémie du déni" aux Éditions Mardaga, était l’invité d’André Bercoff le 16 février 2021 sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Sébastien Boussois, invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Dans l'esprit des politiques, la menace terroriste et la menace qui émane du changement climatique ne sont pas de même ampleur, estime Sébastien Boussois qui, dans son livre, répond à la problématique du futur et des enjeux de nos démocraties dans un monde globalisé.

Sébastien Boussois : "la situation dans laquelle on est aujourd’hui est celle du Titanic"

Pour commencer, Sébastien Boussois a livré sa vision de la réponse des gouvernements à la pandémie du Covid-19. "On n’est jamais préparés à la souffrance, à la mort. On a oublié qu’on était mortels. Les progrès de la science, l’allongement de la durée de vie nous font oublier que parfois, des drames nous dépassent. On a un sentiment de supériorité parce qu’on est dans ces pays dits développés, on a le sentiment qu’on est invincibles. Or, nous, Occidentaux, mourrons par milliers dans des pays développés. Je pense que c’est un ébranlement géopolitique inédit.

Je pense que le Covid a au moins le mérite de remettre cela en perspective. Nous sommes une armée de mortels, et ce sérum d’immortalité que nous recherchons nous rappelle éternellement que la mort est une réalité. Nous avons oublié la face de la mort. En essayant de l’éviter, en ne la présentant plus, en ne la visibilisant plus, on avait l’impression qu’elle aurait disparu. Or, cela, ce n’est pas possible."

Sébastien Boussois estime qu’un confinement ferme au tout début de l’épidémie aurait permis d’éviter la situation où nous sommes aujourd’hui. "Si on avait fait un confinement ferme pendant ne serait-ce que 1 ou 2 mois, comme certains pays l’avaient fait, on ne serait plus aujourd’hui dans cette situation, que je qualifie de liberticide. Elle pose de véritables problèmes économiques, sociaux et psychologiques à des millions d’individus. La situation dans laquelle on est aujourd’hui est celle du Titanic : on continue à jouer alors que le bateau est en train de sombrer."

 

Sébastien Boussois : "le Covid, le terrorisme et le changement climatique sont des défis que nos gouvernants préfèrent ignorer"

Pour Sébastien Boussois, le grand problème aujourd’hui est que ceux qui nous gouvernent n’anticipent pas les grands défis, qui semblent lointains mais sont pourtant évidents. "Covid, terrorisme, changement climatique… : je mets sur le même plan les processus de déni. C’est un refus de mesure de la gravité de la chose. Dans leur esprit, la menace terroriste et la menace qui émane du changement climatique ne sont pas de même ampleur.

Que ce soit le Covid, le terrorisme ou le changement climatique, le résultat est zéro. On voit bien que nos gouvernants sont incapables de répondre à leurs missions, je dirais, originaires. Le rôle des politiques est de prévenir, anticiper dans l’intérêt de leurs propres populations. S’il y avait une véritable politique d’anticipation, nous n’en serions pas là aujourd’hui.

Preuve que sécurité et changement climatique sont liés, demain, quelle sera la première catégorie de réfugiés au monde ? Ce ne seront pas les réfugiés de guerre mais ce qu’on appelle les réfugiés climatiques. Aux Pays-Bas, un tiers à deux tiers du pays seront submergés à l’avenir. De même qu’en Belgique, où la région de Flandres sera un jour submergée. Comment anticipez-vous cela ? Comment vous projetez-vous ?"


Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !