Les États-Unis examinent "toutes les options" face à la Corée du Nord

Les États-Unis examinent "toutes les options" face à la Corée du Nord
Les tensions entre les États-Unis et la Corée du Nord se multiplient © MANAN VATSYAYANA / AFP

Au lendemain d’un essai raté de tir de missile en Corée du Nord, le vice-président américain Mike Pence s’est rendu à la frontière nord-coréenne.

Les États-Unis prêt à imposer la paix, même par la force. Au lendemain du tir raté d’un missile par Pyongyang, le vice-président Mike Pence a lancé ce message d’avertissement à la Corée du Nord depuis la zone démilitarisé séparant les deux Corées. Washington veut parvenir à la sécurité "au travers de moyens pacifiques, grâce à la négociation. Mais toutes les options sont sur la table et nous demeurons au côté des Sud-Coréens", a assuré Mike Pence en visite dans le village frontalier de Panmunjom, où avait été signé le cessez-le-feu de 1953.

"Le message du peuple des États-Unis d'Amérique est que nous recherchons la paix, mais l'Amérique a toujours cherché à parvenir à la paix en utilisant la force, et mon message aujourd'hui, alors que je me tiens avec les forces américaines en Corée, avec les militaires courageux de la République de Corée, est un message de détermination", a également défendu le vice-président.

Changement de doctrine face à la Corée du Nord

Depuis la Freedom House, un des bâtiments situé à quelques mètres d'une démarcation qu'il a qualifiée de "frontière de la liberté", Mike Pence a affirmé que la relation des États-Unis avec la Corée du Sud était "à toute épreuve et inaltérable" avant de poursuivre : "Le peuple de Corée du Nord et l'armée de Corée du Nord ne doivent pas se méprendre sur la détermination des États-Unis d'Amérique à se tenir au côté de nos alliés".

La visite du vice-président américain intervient au lendemain d'un nouvel essai -raté- de missile par la Corée du Nord, qui a considérablement accéléré depuis un an le développement de ses programmes interdits par la communauté internationale. "L'ère de la patience stratégique est révolue", a expliqué Mike Pence, en référence à la doctrine américaine sous Barack Obama. Celle-ci consistait à refuser tout dialogue avec le Nord et à durcir les sanctions afin que Pyongyang fasse des gestes tangibles vers la dénucléarisation, dans l'espoir que les tensions internes dans ce pays reclus provoquent du changement.

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio