Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson s'est exprimé ce mercredi quant à l'éventualité d'un conflit avec la Corée du Nord, considérant qu'il n'y avait pour l'instant pas de "menace imminente".

Après la récente escalade verbale qui a conduit Donald Trump et Kim Jong-Un à se menacer sans ménagement, le secrétaire d'État américain Rex Tillerson a préféré jouer la carte de l'apaisement, balayant tous risques de conflit.

"Je ne pense pas qu'il y ait une quelconque menace imminente", a ainsi déclaré le chef de la diplomatie américaine qui s'est rendu, comme il l'avait prévu, sur l'île de Guam, territoire américain d'Asie, directement menacé par la puissance de feu de l'arsenal nord-coréen. "Rien de ce que j'ai vu, ni rien de ce que je sais n'indique que la situation a évolué de façon dramatique au cours des 24 dernières heures", a poursuivi Rex Tillerson qui considère par ailleurs que son président a envoyé un "message fort" que Kim Jong-Un peut comprendre, en lui ayant promis le "feu" et "la colère", en cas d'attaque.

Des propos qui contrastent avec la rhétorique plus belliqueuse de Donald Trump, lequel a encore surenchéri ce mercredi quant aux capacités militaires américaines, déclarant sur twitter que l'arsenal des États-Unis était plus puissant que jamais.

 

 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio