Antoine Glaser : "Macron pousse à fond la force G5 Sahel pour désengager l'armée française"

Antoine Glaser : "Macron pousse à fond la force G5 Sahel pour désengager l'armée française"

Antoine Glaser (journaliste spécialiste de l'Afrique et ancien directeur du bimensuel "La lettre du continent") était ce vendredi l'invité du Grand Journal de 18h sur Sud Radio.

Emmanuel Macron se rendra dès ce soir sur la base aérienne de Niamey au Niger pour fêter Noël avant l'heure aux côtés des forces françaises engagées dans l'opération Barkhane, destinée à lutter contre les groupes jihadistes au Sahel. Si cette visite aux troupes déployées à l'étranger demeure avant tout un rituel pour les chefs de l'État, le choix du Niger n'est pas anodin selon Antoine Glaser (Journaliste spécialiste de l'Afrique et ancien directeur du bimensuel "La lettre du continent"), qui nous rappelle à quel point ce pays est hautement stratégique pour la France.

"Le Niger, un pays stratégique et important (...) l'un des rares qui a accepté les propositions de Macron sur les migrants"

Invité ce vendredi du Grand journal de 18h, notre confrère nous livre ainsi son analyse. "C'est vraiment le voyage classique de Noël mais en même temps, c'est très important sur le Niger particulièrement", indique-t-il, tout en précisant que "le Niger est un pays stratégique parce qu'il y a deux fronts : la lutte contre les djihadistes au nord mais également la lutte contre Boko Haram à partir du Nigeria". "C'est un pays extrêmement fragile", poursuit-il, ajoutant qu'il s'agit aussi d'un territoire "de transit des migrants et l'un des rares pays de la région qui a accepté les propositions européennes, en particulier celles d'Emmanuel Macron sur les centres de transit en liaison avec l'Ofpra (Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides ndlr). "C'est aussi le pays de l'uranium d'Areva et de la bombe atomique française (...) et c'est vrai que pour Emmanuel Macron, cette visite est une façon de soutenir son homologue nigérien Mahamadou Issoufou", insiste-t-il encore.

Antoine Glaser évoque dans un second temps toute la complexité des groupes assurant la sécurité sur le terrain. "Il y a des groupes différents. Une chose que l'on ne sait pas, c'est que le Niger est le pays où il y a le plus de soldats américains. Ils sont sur une base secrète à Agadez où il y a un certain nombre de drones armés. Le Niger va devenir, sans doute dans les prochains mois, le pays où il y aura le plus de drones", explique-t-il ainsi, affirmant que, "même si ça n'a pas été dit de façon officielle, la France va également armer ces drones de renseignement et de surveillance".

"C'est un pays qui va devenir de plus en plus stratégique pour la lutte contre les djihadistes", surenchérit-il, insistant sur le fait que la logique d'Emmanuel Macron est de privilégier, à terme, la voie du désengagement de l'armée au Sahel. "Ce n'est pas dit officiellement, mais il est évident qu'Emmanuel Macron pousse à fond cette fameuse force militaire du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) pour pouvoir désengager petit à petit les forces françaises (...) car tout le monde sait qu'il n'y a plus d'argent dans les caisses", conclu-t-il ainsi, non sans rappeler que le président a obtenu des Saoudiens des financements pour cette force  100% africaine.

>> Retrouvez l'intégralité de l'interview d'Antoine Glaser, invité du Grand Journal de 18h

 

Les rubriques Sudradio