single.php

Angela Merkel rejette la demande de négociations parallèles de Theresa May

Par Jérémy Jeantet (avec AFP)

Angela Merkel a refusé la demande de Theresa May de mener des négociations sur le futur partenariat entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, parallèlement à celles sur le Brexit.

Thumbnail

Angela Merkel a mis les points sur les "i". En réaction à la lettre de Theresa May, la Première ministre britannique, qui demandait une double négociation avec l'Union européenne, sur le Brexit d'un côté et sur le futur partenariat de l'autre, Angela Merkel a opposé un "non" ferme, dans la droite lignée de la position de l'UE depuis de nombreuses semaines.

"Nous pensons qu'il est nécessaire de s'entendre sur les termes de notre futur partenariat en même temps que ceux de notre retrait de l'UE", écrivait Theresa May dans sa lettre. Une éventualité qu'Angela Merkel a immédiatement rejeté, estimant qu'il faut d'abord s'entendre sur les termes de la sortie avant de parler des liens futurs.

Ce mercredi, Angela Merkel a appelé à des négociations "justes et équilibrées" avec le Royaume-Uni, après le déclenchement du Brexit, et a souhaité que Londres demeure un "partenaire proche" de l'Union européenne. "Nous, au sein de l'Union européenne, mènerons de façon juste et équilibrée les négociations à venir et j'espère qu'il en ira de même pour le gouvernement britannique, la Première ministre britannique me l'a assuré au téléphone mardi", a indiqué la Chancelière allemande.

Theresa May a, de son côté, appelé les députés et le peuple britannique à se "rassemblement" pour obtenir "le meilleur accord possible" avec l'Union européenne, rappelant qu'il n'y avait "pas de retour en arrière possible". 

Après un processus de négociations prévu pour durer deux ans, la Première ministre britannique dit vouloir aboutir à "un partenariat étroit et spécial" avec Bruxelles, notamment en matière de coopération économique, mais aussi sécuritaire puisque, explique-t-elle, "la sécurité de l'Europe est plus fragile aujourd'hui que jamais depuis la fin de la Guerre froide".

Sur le plan économique, Theresa May n'entend pas rester dasn le marché unique, mais souhaite aboutir avec l'Europe à un accord commercial "audacieux et ambitieux". Devant le Parlement britannique, elle a par ailleurs qualifié le sort des citoyens européens vivant au Royaume-Uni de "priorité" des négociations. "Nous chercherons à garantir les droits des citoyens européens qui vivent déjà au Royaume-Uni... aussi rapidement que nous le pourrons", a-t-elle dit, alors que cette question a été identifiée comme un des points de blocage avant même le lancement des discussions. "Ce sera une priorité immédiate", a-t-elle ajouté.
 

L'info en continu
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
14H
13H
11H
10H
Revenir
au direct

À Suivre
/