Yann Arthus-Bertrand : "Ne pas être pessimiste c'est ne pas comprendre ce qui se passe"

Yann Arthus-Bertrand, président de Good Planet, était l’invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le mardi 28 janvier dans "Le 10h - midi". Il nous parle de la semaine Green sur M6 : tous les programmes phares de la chaîne se mettent au vert en ce moment pour une semaine thématique consacrée à l’environnement.

Yann Arthus-Bertrand invité de Valérie Expert dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio.

Yann Arthus-Bertrand est probablement l'écologiste le plus connu sur le petit écran. Réalisateur du film "Home", il appartient à cette génération avant-gardiste qui fait partie des premiers à avoir alerté des dangers du changement climatique.

 

À l'origine de Greta Thunberg ?

Un travail qui a porté ses fruits aujourd'hui puisqu'il fait partie des influences de la jeune Greta Thunberg. "La personne qui a convaincu Greta Thunberg de faire la grève du climat, c'est un type qui a regardé le film "Home", qui a pleuré, et qui est rentré chez lui en se demandant ce qu'il pourrait faire", rapporte le cinéaste. Cet homme "a été influencé par une énorme manifestation des jeunes étudiants aux États-Unis contre les armes. C'est ce qui lui a donné l'idée de faire les grèves du climat", explique-t-il. Le réalisateur militant est admiratif de la jeune mascotte de la nouvelle génération d'écologistes. "C'est formidable de penser que ce film est un peu à l'origine de Greta Thunberg. Elle est tellement extraordinaire cette fille".

Le cinéaste témoigne de l'influence qu'a eu la jeune fille sur lui. "Quand elle parle, elle souffre. C'est incroyable qu'une fille de 16 ans soit assez maligne pour t'expliquer ce que tu dois faire". Sa radicalité a même convaincu Yann Arthus-Bertrand d'arrêter de prendre l'avion. "Elle m'a fait comprendre d'une façon brutale que je n'étais pas assez radicale", rapporte-t-il, "elle n'est pas manipulée, c'est elle qui manipule tout le monde parce qu'elle est brillante et intelligente".

Pour une "révolution spirituelle"

Yann Arthus-Bertrand a même pu rencontrer Greta Thunberg au cours d'une manifestation à Paris. "On était 50.000, alors qu'à l'arrivée de la coupe du monde on était 2 millions. Le jour où on sera 2 millions dans les rues à manifester contre le climat, le monde changera", affirme-t-il. Mais pour lui, "l'importance c'est ce que tu fais toi, pas ce que font les autres". "La révolution doit être spirituelle, si on se mettait tous à faire quelque chose, ça change le monde", explique-t-il. Et la situation est grave, "le permafrost, en Alaska, c'est 20% des terres de l'hémisphère nord. Ce sol est en train de dégeler en ce moment comme jamais les scientifiques ne le pensaient", alerte-t-il. "Ce qu'ils pensaient arriver dans 70 ans, ça arrive maintenant, cette accélération me terrorise un petit peu", confie le réalisateur.

"Aujourd'hui, si on n'est pas pessimiste, c'est qu'on est vraiment con", lance-t-il. "Quand on voit ce qui se passe aujourd'hui, ne pas être pessimiste, c'est ne pas comprendre ce qui se passe", continue le cinéaste. Mais ce n'est pas le pessimisme "qui doit empêcher l'action", d'après lui. Les responsables sont chacun d'entre nous. "On a tous échoué. On vit tous de la croissance. L'ennemi c'est nous, ce que nous consommons. C'est difficile de se battre contre soi. On fait le contraire de ce qu'on devrait faire", déplore Yann Arthus-Bertrand.

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

Retrouvez l'invité média de Valérie Expert et Gilles Ganzmann du lundi au vendredi à partir de 10h00 sur Sud Radio dans "Le 10h - midi".

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez ici !