single.php

Stéphane Benhamou : "Les rois de Turin se désintéressaient complètement de la Côte d'Azur"

Par Jean Baptiste Giraud

Le réalisateur Stéphane Benhamou était l'invité de Christine Bouillot et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 13 mai 2024 dans "Le 10h - midi".

Stéphane Benhamou
Stéphane Benhamou, invité de Christine Bouillot et Gilles Ganzmann dans "Sud Radio Média" sur Sud Radio.

Le mercredi 15 mai à 21h10, France 3 et france.tv diffusent le documentaire de Stéphane Benhamou "Et Dieu créa la Côte d'Azur".

 

Stéphane Benhamou : "L’installation des pieds noirs a permis un développement de la côte différent, pas seulement lié au tourisme"

Comment lui est venue l’idée de ce documentaire ? "J'ai grandi là-bas. Je ne suis pas né sur place : je suis né en Algérie en 1960. Donc, on est arrivés et on a été très bien accueillis. J'ai tenu à mettre dans ce documentaire quand même ce que Gaston Defferre avait dit des pieds noirs en 1962. Il a dit : ‘qu'ils aillent se rapatrier ailleurs’. À Nice, il y a eu beaucoup de pieds noirs qui se sont installés. Ça a permis un développement de la côte différent, pas seulement lié au tourisme. Et donc voilà, j'ai toujours été très attaché. De la même manière que Johann Sfar dit dans le film : ‘on confondait les deux rivages’. Ce que j'ai appris par exemple, c'est que vous avez des numéros pairs à Nice sur la Promenade des Anglais, et les numéros impairs étaient de l'autre côté, à Alger ou à Oran. Donc, c'était comme si c'était deux rivages et un fleuve qui coulait entre ces deux", a raconté Stéphane Benhamou.

"Et puis ce qui m'intéressait aussi, c'était d'aller contre les clichés de la côte, c'est-à-dire que c'est une terre uniquement de privilégiés, de milliardaires… Et de rappeler ces gens qu'on voit dans le film, Les Meilland. C'est une famille extraordinaire. Ils se sont arrêtés là parce qu'ils n'avaient plus les moyens d'aller plus loin", a poursuivi Stéphane Benhamou.

 

"Les Anglais se sont dit : 'Ce climat va être formidable, à condition de n'y aller que l'hiver'"

En regardant ce documentaire, on a l’impression qu’on raconte l'histoire de la conquête de l'Amérique. Il y a eu comme une conquête de Nice par trois personnes : au départ c'étaient les Anglais, et puis ensuite, il y a eu les Américains. Et puis, dans une dernière période, il y a eu les Algériens et puis les autres pays riches… "Oui, il y a cet aspect-là, c'est vrai, il y a cette conquête. C'est vrai que les Anglais étaient quand même très jaloux. Ils avaient découvert ça, ça leur plaisait beaucoup parce qu'ils n'ont pas eu à la coloniser. Les souverains, c'est-à-dire les rois qui étaient à Turin, se désintéressent complètement de la Côte d'Azur. Il y a une seule route qui existe aujourd'hui. C'est dingue de penser ça. Il y a la Basse corniche ou la Grande corniche, il y a l'autoroute… à l'époque, il n'y avait qu'une route pour relier l'Italie qui montait, qui traversait la montagne et qui allait jusqu'à Turin. Vous ne pouviez pas aller de Nice à Sanremo comme ça", a raconté Stéphane Benhamou.

 


Et les Anglais ? "Donc, les Anglais, quand ils y arrivent un peu par hasard, la mer n'est pas accessible, très peu de gens savaient nager. C'est le moment où on est persuadés que l'air marin peut protéger des maladies pulmonaires. On se dit : ‘ce climat va être formidable, à condition de n'y aller que l'hiver’. Il n'est pas question d'aller sur place pendant l'été. Et d'abord, c'est Nice, il y a déjà une base à Nice. Nice est déjà une ville relativement importante, isolée mais assez importante, qui a une histoire. Le château à Nice est au-dessus de la ville, il est sur la colline du Château, mais il a été détruit il y a quatre siècles. Donc, la présence souveraine, finalement, est fantôme. Ce qui fait que l'esprit un peu rebelle des Niçois s'explique aussi par le fait qu’on est dominés par un souverain, un seigneur, mais il n'est pas là puisque le château a été détruit. Donc, ils arrivent dans cet endroit. Et puis c'est vrai qu'ils permettent à la population de vivre un peu mieux", a fait savoir Stéphane Benhamou.

 

Retrouvez “L'invité média” de Gilles Ganzmann chaque jour à partir de 10h00 dans “Sud Radio Média” avec Christine Bouillot.

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

L'info en continu
04H
22H
21H
19H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/