single.php

Romain Boutilly : "On ne savait pas quelles étaient les motivations de ces activistes"

Les journalistes Romain Boutilly et Jérôme Lévy étaient les invités de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Sud Radio Média" le 8 février 2023 dans "Le 10h - midi".

Romain Boutilly et Jérôme Lévy
Romain Boutilly et Jérôme Lévy, invités de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Sud Radio Média" sur Sud Radio.

Alors que le siège de TotalEnergies a été aspergé d’essence par des activistes d’Alternatiba et des Amis de la Terre le 8 février 2023, Romain Boutilly est venu parler de son reportage sur les écolos radicaux, qui sera diffusé le 9 février 2023 à 21h10 dans "Envoyé spécial" sur France 2.

 

Romain Boutilly : "Il y a une forme d’émulation entre ces mouvements qui est en train de se créer"

"À ma connaissance, Les Amis de la Terre ne s’étaient pas distingués ces dernières années comme un mouvement de désobéissance civile. Il y a une forme d’émulation entre ces mouvements qui est en train de se créer. On est partis du principe qu’on entendait souvent parler de ces activistes sur les réseaux sociaux, dans les journaux télévisés, on les voit jeter de la peinture orange sur des ministères. Mais on ne sait pas quelles sont leurs motivations.

 


On a croisé la route de Rachel, qui a 20 ans, qui est une primo-militante, comme on dit. Elle n’est engagée dans aucun parti politique. C’est d’ailleurs parce qu’elle ne croit plus en la politique qu’elle est engagée dans la désobéissance civile. Elle est prête à aller en prison, elle est sous contrôle judiciaire, qui lui interdit de venir à Paris. Et elle continue à venir à Paris pour bloquer la route parce qu’elle considère que cet ordre n’est pas juste. Il s’agit de jeunes de 20 à 30 ans qui sont très angoissés par leur avenir, ils sont écolo-anxieux, ils se sentent impuissants face au changement climatique. C’est ce qui les a poussés à passer à la vitesse supérieure et se diriger vers des actions de désobéissance civile. Ce sont des gens parfaitement ancrés dans l’époque : pour se faire entendre, il faut parler fort, il faut des actions spectaculaires. Et ce sont des gens qui ont éprouvé d’autres méthodes : ils ont signé des pétitions, ils ont participé à la Convention citoyenne pour le climat", a raconté Romain Boutilly

"Certains voleurs volent par militantisme"

Également dans ce numéro d’"Envoyé spécial", un reportage de Jérôme Lévy "Inflation, quand les français volent pour manger". "Entre 2021 et 2022, les vols à l’étalage ont augmenté de 14%. Les responsables de supermarchés nous ont dit qu’il n’y a pas un profil type du voleur, il y a différentes catégories socio-économiques : des étudiants, des retraités, des gens qui travaillent, des gens qui ne volaient pas avant mais qui aujourd’hui, du fait de l’inflation, se sont mis à voler.

 


On a rencontré trois catégories de voleurs : les gens qui volent pour se nourrir, les gens qui veulent de bons produits (une bonne viande, un bon fromage) mais ne peuvent pas se les permettre, et puis les gens qui volent par militantisme. C’est des gens qui travaillent, qui gagnent 2.000 euros par mois, mais qui considèrent que les marges des supermarchés sont trop importantes et qu’ils n’ont pas à payer ce prix. L’un des voleurs nous a expliqué qu’il vole dans un grand magasin mais qu’il ne volerait pas chez un petit producteur", a raconté Jérôme Lévy.


À lire aussi :

L'info en continu
03H
23H
22H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/